Residual Cancer Burden : Analyse poolée dans les cancers du sein

Rédigé le 11/01/2022
Jean David FUMET

Plusieurs études ont montré l’impact pronostique du résidu tumoral (RCB pour Residual Cancer Burden) après chimiothérapie néoadjuvante dans les cancers du sein.

Pour rappel le RCB est une variable continue à partir de laquelle dérive un score d’interprétation

RCB 0 = pCR

RCB 1 = RCB score entre 0 et 1,36

RCB 2 = RCB score entre 1,37 et 3,28

RCB 3 = RCB score > 3,28

 

Une analyse poolée de 12 études vient d’être publiée dans Lancet Oncology

Au total : 5161 patients

 

Dans toute la cohorte : l’augmentation du RCB est associée à une mauvaise survie sans récidive

 

En analyse multivariée : le RCB reste associé à la survie après ajustement sur l’age, le stade et le grade.

 

Selon les sous types histologiques : le RCB reste un facteur de mauvais pronostic indépendant quel que soit le sous type histologique (luminal, luminal HER2, HER2 non luminal et triple négatif)

A noter pour les cancers du sein triple négatifs un impact pronostic très défavorable du RCB3 avec un taux de rechute majeur dans les 2 premières années.

 

Selon le traitement de chimiothérapie néoadjuvante choisi : le RCB reste un facteur de mauvais pronostic indépendant

 

En pratique : le RCB est donc un facteur robuste et indépendant de mauvais pronostic. Son évaluation est importante après chimiothérapie néoadjuvante pour adaptée la prise en charge adjuvante

 

Les essais cliniques actuels proposent ainsi 2 stratégies :

  • Augmenter le taux de réponse de la chimiothérapie néoadjuvante pour obtenir plus de RCB 0 : c’est le cas de l’étude NEOCHECKRAY qui associe chimiothérapie – immunothérapie et radiothérapie stéréotaxique à visée immunogénique

 

  • Améliorer la prise en charge adjuvante des patients RCB >0 : c’est le cas l’étude DESTINY BREAST 05 : randomisation entre TDM-1 et TDX-D dans les tumeurs HER2 +++, avec un résidu tumoral post chimiothérapie néoadjuvante