First in human phase 1 : anti-TIGIT +/- pembrolizumab

Rédigé le 08/12/2021
Jean David FUMET

TIGIT est, comme PD-1, un checkpoint immunitaire exprimé par les lymphocytes T épuisés. Il apparait dans les données pré-cliniques comme une cible intéressante, seul ou en association avec un anti-PD-1/PD-L1 pour le développement de nouvelles stratégies d’immunothérapie.

 

Cette étude de phase 1, a évalué le vibostolimab (anti TIGIT) seul ou en association avec le pembrolizumab (anti-PD-1) en traitement des tumeurs solides avancées dont des cancers bronchiques en progression après anti-PD-1/PD-L1.

 

Au total :

76 patients pan tumeur

  • Pas de DLT
  • Toxicité grade 3-4 : 9% en monothérapie, 17% en combothérapie 
  • Toxicité fréquente : fatigue, prurit
  • Taux de réponse objective : 0% en monothérapie, 7% en combothérapie

 

39 patients avec un cancer bronchique naif d’immunothérapie : Combothérapie systématique

  • Toxicité grade 3-4 : 33%
  • Réponse objective 26% en combothérapie
  • Contrôle tumoral 51% en combothérapie

 

67 patients en progression après anti PD-1/PD-L1

  • Toxicité grade 3-4 : 50% en monothérapie et combothérapie
  • Réponse objective 3% en monothérapie et 3% en combothérapie
  • Contrôle tumoral : 32% en monothérapie, 45% en combothérapie

 

 

En pratique : Le vibostolimab montre un profil de toxicité acceptable similaire a d’autres immunothérapie.

La toxicité augmente avec la combinaison à l’anti-PD1

On retrouve un signal d’efficacité principalement pour la combinaison anti TIGIT + anti PD-1

 

Actuellement disponible au CGFL : l’étude basket MK7684-005 qui évalue un anticorps bispécifique antiPD-1+anti-TIGIT

 

Les cohortes ouvertes à ce jour : 

 

Bientôt disponible dans :

  • Les cancers de l’endometre métastatique MSI et MSS
  • Les Cancers du sein triple négatifs
  • Les cancers de l’œsophage
  • CHC