Cancer de prostate et activité physique

Rédigé le 04/11/2021
Jean David FUMET

Le mois de novembre est dédié aux cancers masculins avec Movember ! Une belle occasion de parler du cancer de la prostate avec cet article publié dans JAMA oncol cet été.

Cette étude s’intéressait à l’effet d’une activité physique sur la fonction cardiorespiratoire, la qualité mais également le risque de rechute chez les patients en « surveillance active » pour un cancer de prostate localisé.

La surveillance active est aujourd’hui une option très utilisée pour les cancers de prostate localisé a faible risque.

Cette étude de phase II canadienne «  Exercise During Active Surveillance for Prostate Cancer (ERASE) » proposait une randomisation entre : activité physique classique versus HIIT (programme de 12 semaines d’activité physique supervisée).

Au total : 52 patients

Age médian 63 ans

Le groupe HIIT montre par rapport au groupe standard :

  • Une augmentation significative de la VO2max

  • Une diminution du taux de PSA et de la vélocité du PSA

  • Pas de différence sur le temps de doublement du PSA

 

En pratique : il s’agit d’une petite étude mais qui permet d’insister de nouveau sur l’importance majeure de l’activité physique dans le cadre de la prise en charge du cancer.