Attention à l’utilisation des IPP chez les patients sous palbociclib

Rédigé le 29/09/2021
Jean David FUMET

Les IPP (inhibiteurs de la pompe à protons) sont très largement utilisés (parfois en excès) en oncologie. La modification du pH peut modifier le métabolisme de certains traitements dont les inhibiteurs de CDK4/6.

Une étude rétrospective, publiée récemment dans ESMO Open, a évalué l’impact des IPP sur l’efficacité du traitement de 1ere ligne hormonothérapie + palbociclib dans les cancers du sein métastatiques RH+ HER2-.

 

Au total : 112 patients, 50% avaient des IPP en concomitant de leur traitement par palbociclib

La prise d’IPP est associée à une diminution de la PFS : 14 vs 37.9 mois, p<0.0001

L’analyse multivariée confirme que la prise d’IPP est un facteur prédictif indépendant d’une mauvaise PFS (p = 0.0002).

Aucune corrélation n’est retrouvée entre la prise d’IPP et la tolérance hématologique du palbociclib

 

En pratique : Etude rétrospective avec des limites mais qui nous alerte sur l’utilisation des IPP en concomitant avec le palbociclib. Dans cette petite cohorte, la différence de PFS est majeure.

Restons prudent sur nos indications et prescriptions d’IPP !