Cancer du sein : une étude sur les « RH faibles » (entre 1-9%)

Rédigé le 30/08/2021
Jean David FUMET

Actuellement nous utilisons en Europe le seuil de 10% pour la positivité des récepteurs hormonaux (RH). 

Les patientes ayant une faible positivité RH (entre 1-9%) ont elles un pronostic particulier ?

Une étude menée sur un large registre allemand (Munich Cancer Registry) vient d’être publiée dans Annals of Oncology

 

Au total : sur une population 4,9 millions de personnes, on retrouve 38 560 cancers du sein

- 2% de patients RH faible (1-9%)

- 13% RH négatif

- 85% RH positif (>10%)

 

Parmi les tumeurs HER2 négatives :

- Survie globale similaire entre RH négatifs et RH faibles

- Survie globale plus faible chez les RH faibles par rapport aux RH positifs

 

Parmi les tumeurs HER2 positives :

- Pas de différence entre les 3 groupes RH négatifs, RH faibles et RH positifs

 

En pratique : Nous pouvons retenir que de cette étude que les tumeurs RH faibles/HER2- semblent avoir un pronostic similaires aux tumeurs triples négatives.