Hépatocarcinome : phase I/II durvalumab + tremelimumab

Rédigé le 30/07/2021
Jean David FUMET

L'association Atezolizumab + bevacizumab a montré un bénéfice en survie sans progression par rapport au sorafenib en traitement des hépatocarcinomes non résécables (cf vidéo Pr Ghiringhelli).

Cependant, les durées de PFS sont de l'ordre de 7 mois. 

Différentes stratégies sont alors utilisées pour améliorer ces résultats.

Une étude de phase I/II a évalué la tolérance et l'efficacité de plusieurs schémas d'immunothérapie dans des hépatocarcinomes non résécables en échec après sorafenib :

- durvalumab (1500mg toutes les 4 semaines)

- tremelimumab (75mg, 4 inections toutes les 4 semaines puis toutes les 12 semaines)

- durvalumab (1500mg toutes les 4 semaines) + tremelimumab (75mg, 4 injections)

- durvalumab (1500mg toutes les 4 semaines) + tremelimumab (300mg, une dose unique)

 

Au total : 332 patients

Le profil de tolérance est similaire entre les differents bras de traitement.

Le profil d'efficacité montre :

Taux de réponse objective et mediane OS:

- T300 + D : 24%, OS = 18,7 mois

- T75 + D : 9,5%, OS = 11,3 mois

- Durvalumab : 10,6%, OS = 13,6 mois

- Tremelimumab : 7,2%, OS = 15,1 mois

 

Les analyses ancillaires montrent une expansion lymphocytaire CD8 dans tous les groupes, avec un effet plus important dans le groupe T300 + D.

 

En pratique : Une stratégie qui montre un profil de tolérance satisfaisant et un signal d'activité. On notera surtout l'apparition du schéma T300 + D avec une injection unique de tremelimumab qui semble donner les meilleures réponses cliniques et biologiques.

 

A noter : au CGFL, actuellement disponible

- MORPHEUS LIVER : Hépatocarcinome en 1ere ligne : Atezolizumab + bevacizumab +/- tiragolumab (anti TIGIT)