ASCO 2021 : étude OLYMPIA positionne l’olaparib en adjuvant pour les cancers du sein gBRCA mutés

Rédigé le 07/06/2021
Jean David FUMET
1

Parmi les « highlights » de cet ASCO 2021, l’étude OLYMPIA fait partie des grosses actualités présentées.

Cette étude de phase III évaluait un traitement par olaparib en adjuvant pendant 1 an pour des cancers du sein avec une mutation germinale de BRCA.

 

Les patientes incluses avaient un cancer du sein localisé HER2 négatif (RH+ ou triple négatif) et étaient à « haut risque » de récidive, c’est-à-dire :

  • Traitées par chimiothérapie néoadjuvante : triple négatif non pCR /  RH+ : non PCR et CPS + EG score 3

  • Traitées par chimiothérapie adjuvante : triple négatif : pT2 ou pN1, /  RH : pN2

La chirurgie, la radiothérapie et l'hormonothérapie étaient appliquées selon les recommandations standards.

L’objectif principal était la survie sans récidive invasive.

 

Au total :  1836 patientes incluses

 

Survie sans récidive invasive à 3 ans : 85,9% avec olaparib vs 77,1% avec placebo, HR = 0,58, p<0,001

Survie sans récidive à distance à 3 ans : 87,5% avec olaparib vs 80,4% avec placebo, HR = 0,57, p<0,001

 

Pour la survie globale, cette analyse précoce montre moins de décès dans le groupe olaparib que placebo (59 vs 86, p=0,02).

Les données de tolérance montrent un profil de toxicité connu de l’olaparib.

 

En pratique : Une étude de phase III positive qui montre pour la première fois un bénéfice d’un traitement adjuvant par olaparib pendant 1 an après un traitement complet (adjuvant ou néodjuvant) chez des patientes à haut risque de récidive, non HER2, et porteuse d'une mutation germinale de BRCA.

A l’image de l’ovaire, devant un traitement qui va se positionner comme un nouveau standard, nos plateformes de génétique vont devoir rapidement s’organiser, avec un nombre de patientes concernées très important, pour fournir dans les temps le statut BRCA pour les cancers du sein localisé.