Cemiplimab : un anti-PD-1 apporte un bénéfice en survie globale dans les cancers du col utérins

Rédigé le 25/05/2021
Jean David FUMET

Pour les cancers du col utérins métastatiques le standard de première ligne est la combinaison cisplatine taxol bevacizumab.

Malheureusement à partir de la 2e ligne, les chimiothérapies standards sont peu efficaces.

L'immunothérapie a montré un signal interessant dans cette pathologie.

L'étude EMPOWER cervical est une étude de phase III qui compare le cemiplimab (un anti-PD-1) versus chimiothérapie au choix de l'investigateur (pemetrexed, vinorelbine, gemcitabine, irinotecan ou topotecan), après échec d'une première ligne de platine.

Les résultats intermédiaires viennent d'etre publiés dans Annals of Oncology

Au total : 608 patientes

Median OS : 12 mois (cemiplimab) vs 8,5 mois (chimio) , p<0,001

Le bénéfice est indépendant de l'histologie (ADK vs épidermoide) et indépendant de l'expression de PD-L1.

Aucun signal de toxicité grave n'a été rapporté. 

 

Conclusion : Des résultats intermédiaire mais qui donnent le profil d'une phase III positive avec un bénéfice en OS de l'immunothérapie par rapport à un la chimiothérapie standard. 

 

VP4-2021: EMPOWER-Cervical 1/GOG-3016/ENGOT-cx9: Interim analysis of phase III trial of cemiplimab vs. investigator's choice (IC) chemotherapy (chemo) in recurrent/metastatic (R/M) cervical carcinoma