Quelle surveillance chez les patientes de plus de 75 ans traitées pour un cancer du sein ?

Rédigé le 12/05/2021
Siavoshe AYATI

Quel intérêt de poursuivre un examen de dépistage qui est moins bénéfique avec l’âge et chez des patientes avec une espérance de vie plus courte ?  La recommandation après un cancer du sein est une mammographie annuelle mais sans adaptation à l’âge chronologique ou physiologique.

A ce jour il n’existait aucune guidelines sur la manière de surveiller les patientes opérées d’un cancer du sein de plus de 75 ans avec une espérance physiologique de vie plus courte. Le choix est individuel.

L’International Society for Geriatric Oncology (SIOG) a validé cette nouvelle directive de surveillance chez les patientes âgées ,après le traitement d'un cancer du sein à un stade précoce.

Le seuil de 75 ans a été défini en raison de l’espérance de vie moyenne aux États Unis et des preuves insuffisantes au-delà pour le dépistage.

Les auteurs se sont concentrés à synthétiser les revues de la littérature (risque de cancer ipsilatéral, controlétaral, inconvénients de la mammographie) pour estimer les risques d’événements liés au cancer du sein, sur une période de 10 ans, après le diagnostique par sous type et par traitement.

Cette proposition de consensus a été évaluée par des groupes d'experts  et des groupes de discussions faisant intervenir des cliniciens (oncologues, chirurgiens, palliatologue, radiologues)

Résultats 

  • A 10 ans le risque de cancer ipsilatéral est estimé entre 1 à 15% (moindre dans les sous types RH+ avec hormonothérapie que les sous types triple négatifs et HER2 sans traitement systémique) et controlatéral entre 1 à 5%. Sachant qu’une patiente ≥ 75 ans sans antécédent a un risque de cancer du sein de 2,2% à 5 ans
  • Avantages et inconvénients de la mammographie chez les patientes âgées avec ou sans antécédent de cancer du sein : les estimations rejoignent celles de Walter et Schonberg, on retient que pour éviter 20 décès par cancer du sein il faut dépister 10 000 femmes pendant plus de 10 ans avec 2 000 faux positifs et 130 patientes surdiagnostiquées. Il faut intégrer à cela l'anxiété générée par les examens et  l'attente des résultats.


Recommandations

  • Espérance de vie < 5 ans : arrêt de la mammographie de routine, y compris pour les hauts risques (Her2, triple négatif et localement avancé)
  • Espérance de vie 5 – 10 ans : possibilité d’arrêter la mammographie de surveillance
  • Espérance de vie > 10 ans : poursuite de la surveillance
  • Arrêt du dépistage pour les patientes > 85 ans, l’espérance de vie est < 5 ans à cet âge (sauf si très bon état général).
  • L’autopalpation et l’examen clinique sont recommandés quel que soit l’âge. 

En conclusion: Il s'agit d'un article intéressant qui peut nous aider à fournir un cadre pour une prise de décision partagée. Elle doit être adaptée à la situation clinique et aux préférences de chaque patiente.