Essai ASCENT : Sacituzumab Govitecan une nouvelle arme dans les cancers du sein triple négatifs

Rédigé le 30/04/2021
Siavoshe AYATI

Le Professeur Sylvain Ladoire nous en avait déjà parlé ici et dans une vidéo suite au congrès de Saint Paul de Vence 2021.

Le Sacituzumab Govitecan est un anticorps conjugué (ADC). L’anticorps Trop-2 (anticorps anti IgG1 kappa contre l’antigène trophoblastique 2 de surface cellulaire, exprimé dans la majorité des cancers du sein (>90%))  est lié à une molécule de chimiothérapie le SN 38 (govitecan, inhibiteur de topoisomérase I). Il existe également un effet bystander (effets antitumorales adjacents).

L’essai ASCENT est une phase III, randomisée évaluant le sacituzumab govitecan comparé à une chimithérapie (eribuline, vinorelbine, capecitabine ou gemcitabine) chez des patientes porteurs d’un cancer du sein triple négatifs métastatiques qui avaient déjà reçu 2 lignes ou plus de chimiothérapie sans limite. Elle devait avoir eu du taxol. Les atteintes cérébrales stables de 4 semaines étaient acceptées.

Le schéma thérapeutique du sacituzumab govitecan proprosaint 10mg/kg J1-J8 J1=J21.

Au total 529 patientes ont été incluses, 61 patientes avaient des métastases cérébrales.

Le bras chimiothérapie était representé par 54% d’eribuline, 20% de vinorelbine, 13% de capécitabine, et 12% de gemcitabine.

L’âge median était de 54 ans.

Les traitements préalables étaient : 100% de taxol, 82% d’anthracycline, 66% de carboplatine, , 27% d’immunothérapie et 7% d’inhibiteurs de PARP.

Résultats sur un follow up de 17,7 mois (sans métastases cérébrales) :

  • La survie médiane sans progression (mPFS) était de 5, 6 mois (95% [CI], 4.3 à 6.3) avec le sacituzumab govitecan et 1,7 mois (95% CI, 1.5 à 2.6) avec une chimiothérapie. HR= 0.41; 95% CI, 0.32 à 0.52; P<0.001). Tous les sous-groupes en bénéficiaient (>65 ans, PDL-1, triple négatifs au diagnostic initial ou en progression, métastases hépatiques)
  • La médiane de survie globale (mOS) était de 12,1 mois  (95% CI, 10.7 to 14.0) avec le sacituzumab govitecan et 6,7 mois (95% CI, 5.8 à 7.7) avec une chimiothérapie (HR= 0.48; 95% CI, 0.38 à 0.59; P<0.001)
  • Le taux de réponse (ORR) était de 35% avec le sacituzumab govitecan et 5% avec une chimiothérapie.
  • Les principaux événements indésirables de grade 3 étaient la neutropénie 51%, (vs 33%) la leucopénie 10% (vs 5%), la diarrhée 10% (vs <1%), l’anémie à 8% (vs 5%) et la neutropénie fébrile à 6% (vs 2%). Il y’a eu 3 décès dus à des effets indésirables dans chaque groupe.


En conclusion : le Sacituzumab Govitecan est une nouvelle arme majeure dans la prise en charge des patientes porteuses d'un cancer du sein triple négatifs métastatiques en progression après taxane. Sa tolérance reste bonne et manageable (GCSF, antidiarrheique).

Bien qu’une ATU soit octroyée, l’utilisation en France ne pourra pas se faire avant Décembre 2021 selon le laboratoire.