KRAS est il un biomarqueur pour choisir entre immuno et chimio immuno ?

Rédigé le 26/04/2021
Siavoshe AYATI

Il existe une association entre KRAS, patients fumeurs, expression de PD-L1 et réponse à l’immunothérapie. Dans l’étude KEYNOTE 042 le bénéfice de l’immunothérapie était plus significatif versus chimiothérapie chez les KRAS mutés que les non mutés.

Aujourd’hui chez les patients porteurs d’un CBNPC PD-L1 50%,  nous avons le choix entre immunothérapie seule et chimioimmunothérapie. KRAS peut il nous aider dans cette décision ?

Cette analyse retrosepctive poolée a sélectionné 1127 patients de Janvier 2016 à Mai 2020, à partir de la base Flatiron Health aux Etats unis (regoupant 280 cliniques de cancérologie).Ils étaient porteurs d’un CBNPC PDL150%, d’une mutation KRAS ou non, en excluant toutes les autres altérations (EGFR, ALK, ROS1). Ces patients devaient avoir reçu soit de l’immunothérapie soit de la chimioimmunothérapie.

Résultats

  • 573 patients étaient KRASm, 554 KRAS wt.
  • Les patients KRAS mutés étaient plus susceptibles d’être des femmes (58.7% vs 47.1%), et d’avoir un passif fumeur (96.4 vs 87.7%).
  •  Les patients traités par immunothérapie seule, KRASm avaient une survie supérieure aux KRASwt : mOS 21.1 vs 13.6 mois p=0.03
  • Parmi les patients traités par chimioimmunothérapie, il n’y avait pas de différence de survie entre KRASm et wt : mOS 20 vs 19.3 mois p=0.93
  • Dans la population KRASm : Il n’y avait pas différence de survie entre les patients qui recevaient de l’immunothérapie ou de la chimioimmunothérapie : mOS 21.1 vs 20 mois p=0.78.
  • Dans la population KRASwt : On note une tendance non signifcative pour un bénéfice en survie pour les patients traités par chimioimmunothérapie vs ceux traités e l’immunothérapie seule : mOS 13.6 vs 19.3 mois p=0.06

En conclusion : Il s’agit d’une étude très intéressante ! Les patients porteurs d’un CBNPC PD-L150% KRASwt ont des résultats moins bons que les KRASm sous immunothérapie seule. Il semblerait que les KRAS WT bénéfice plus d'une stratégie de combinaison chimio-immunothérapie. Ces données doivent être bien sûr confirmées par d’autres études.

De plus il nous manque ici des informations cruciales pour interepréter ces résultats comme les sous types des mutations de KRAS, le statut TP53 et STK11 et des caractéristiques cliniques des patients (métastases cérébrales, corticothérapie, antibiothérapie préalable).

Références:

Sun L, Tan M, Cohen RB, Langer CJ, Mamtani R, Aggarwal C. Association Between KRAS Variant Status and Outcomes With First-line Immune Checkpoint Inhibitor-Based Therapy in Patients With Advanced Non-Small-Cell Lung Cancer [published online ahead of print, 2021 Apr 15]. JAMA Oncol. 2021;10.1001/jamaoncol.2021.0546.