IMvigor-010 : Pas d’atezolizumab en adjuvant dans les cancers urothéliaux

Rédigé le 22/03/2021
Jean David FUMET

Les inhibiteurs de checkpoint immunitaires et en particulier l’atezolizumab constituent aujourd’hui un traitement de référence dans les cancers urothéliaux localement avancés/métastatiques.

L’immunothérapie se positionne aujourd’hui en situation adjuvante avec des résultats positifs dans plusieurs pathologies comme les cancers bronchiques et les mélanomes

A-t-elle une place en situation adjuvante pour les cancers urothéliaux opérés ?

C’est la question que posait l’étude IMvigor010, publiée en mars 2021 dans Lancet Oncology

 

Il s’agit d’une étude de phase III, qui évaluait le bénéfice d’un traitement adjuvant par atezolizumab pendant 1 an versus surveillance après une chirurgie radicale.

Les patients pouvaient avoir bénéficié d’une chimiothérapie néoadjuvante

L’objectif principal était la PFS en ITT

Au total : 809 patients inclus

Les résultats nous montrent :

  • Pas de bénéfice en PFS : médiane 19.4 mois vs 16.6, p=0.24

  • Pas de bénéfice en OS : OS à 1an 88% vs 81%, OS à 18 mois 79% vs 73%

La toxicité semble acceptable même si l’incidence des toxicités immunologiques semblent être supérieures à celles en situation métastatique

 

En pratique : L’étude est négative sur son critère de jugement principal. Il n’y a pas de place à ce jour pour l’atezolizumab en adjuvant dans les cancers urothéliaux

 

Bellmunt J, Hussain M, Gschwend JE, et al. Adjuvant atezolizumab versus observation in muscle-invasive urothelial carcinoma (IMvigor010): a multicentre, open-label, randomised, phase 3 trial [published online ahead of print, 2021 Mar 12]. Lancet Oncol. 2021;S1470-2045(21)00004-8. doi:10.1016/S1470-2045(21)00004-8