Acétate de cyprotérone (Androcur et génériques) et risque de méningiome : conduite à tenir

Rédigé le 25/09/2018
Oncologie Médicale

Information destinée aux endocrinologues, gynécologues, pédiatres, dermatologues, neurochirurgiens, médecins génaralistes, pharmaciens d'officine et pharmaciens hospitaliers

Dans l'attente des recommandations issues d'un travail d'expert  l'ANSM propose des premières mesures:

  • Informer les patients de l’existence du risque de méningiome
  • (Ré) évaluer le rapport bénéfice /risque pour chaque patient en tenant compte du risque de méningiome
  • Lors de l’initiation de traitement, vérifier auprès des patients l’absence d’antécédent de méningiome ou de méningiome connu en évolution
  • Prescrire l’acétate de cyprotérone dans le respect des indications autorisées par l’AMM et aux doses les plus faibles possibles et sur une courte durée
Lire