G-CSF

G-CSF


 

La liste des principaux G-CSF (annexe n°1) et leurs indications (annexe N°2) sont présentées en annexe à la fin du chapitre.

Définition neutropénie fébrile (NF)

  • Nombre absolu de PNN < 500/mm3 ou < 1000/mm3 avec une chute prévisible en dessous de 500/mm3 dans les 48 heures
  • Avec fièvre (≥ 38.5°C) pendant au moins une heure ou fièvre ≥ 38°C pendant au moins une heure avec un pic à 38°C

Facteurs de risque de NF et des complications associées

  • Age ≥ 65 ans (facteur impactant le plus le risque de NF)
  • Type tumoral (cancers sein, poumon, colo-rectal, ovaire et lymphomes)
  • Maladie avancée / métastatique
  • Protocole de chimiothérapie utilisé
  • Antécédent de NF (surtout si neutropénie sévère et prolongée)
  • Absence de prophylaxie par GSCF
  • Absence d’antibioprophylaxie (L’antibioprophylaxie n’est cependant pas recommandée)
  • Mauvais état général / nutritionnel
  • Sexe féminin
  • Pathologie rénale / cardiovasculaire
  • ≥ 1 comorbidité
  • Surface corporelle < 2m2 et faible poids
  • Hémoglobine < 12g/dL / anémie
  • Taux d’albumine sérique < 35g/L
  • Taux anormal de transaminases
  • Faible taux de PNN en début de chimiothérapie et avant chaque cycle
  • Chimiothérapie antérieure
  • Infection antérieure

⇒ Tous ces facteurs doivent être évalués avant chaque cycle de chimiothérapie (recommandation n°1)

Evaluation du risque de NF en fonction du protocole de chimiothérapie (recommandation n°2)

Listes des protocoles :

  • NCCN : http://www.nccn.org/professionals/physician_gls/pdf/myeloid_growth.pdf
  • EORTC : European Journal of cancer - January 2011 Volume 47, Issue 1, Pages 8–32

Cancer du sein

Risque de NF < 10

Risque de NF entre 10 - 20%

Risque de NF > 20%

CMF

CMF oral

FAC50

Docétaxel 100mg/m2

Capécitabine-Docétaxel

AC

FEC100

TAC

ET

Doxorubicine/Docétaxel
Doxorubicine/Paclitaxel

3FEC100 —> Docétaxel

Cancer du poumon à petites cellules

Paclitaxel/carboplatine

Etoposide/carboplatine

Topotécan/cisplatine

ACE

Topotécan

Topotécan/paclitaxel

Cancer du poumon à grandes cellules

Paclitaxel/carboplatine

Gemcitabine/cisplatine

Pemetrexed/cisplatine

Paclitaxel/cisplatine

Docétaxel/cisplatine

Vinorelbine/cisplatine (28j)

Docétaxel 75mg/m2

Docétaxel/carboplatine

Etoposide/cisplatine

Cisplatine/vinorelbine/cetuximab (21j)

Cancer de l’ovaire

Paclitaxel/carboplatine

Gemcitabine/cisplatine

Topotécan

Docétaxel/carboplatine

Docétaxel

Paclitaxel

Cancer urothélial

 

 

MVAC

Cancer du testicule

 

BEP

Cisplatine/etoposide

VeIP

Cancer colorectal

Foflox

Folfiri

Folfiri 3

Folfir3-Bevacizumab

5FU-leucovorine

TOMOX

 

Cancer de l’estomac métastatique

 

Folfox

CDDP 100mg/m2 5FU (1000mg/m2 J1-J5)

Docétel/CDDP

TPF

 

A noter que :

  • de nouvelles molécules ont été ajoutées en 2010 : cetuximab / bevacizumab / rituximab / vinorelbine / cisplatine
  • dans le cancer du sein : risque de 25 à 46% de NF en l’absence de prophylaxie primaire avec le schéma FEC100 suivi de docetaxel (75% des épisodes de NF apparaissent durant le docetaxel)

Recommandation n°3 : une prophylaxie par GCSF est recommandée

  • si l’utilisation d’une chimiothérapie intensive (fréquence ou dose) a un bénéfice sur la survie (grade A)
  • pour maintenir la chimiothérapie dans les situations où la réduction de dose ou de la fréquence est associée à un mauvais pronostic (grade A)

Si le traitement est palliatif, l’utilisation d’une chimiothérapie moins myélosuppressive ou la modification de dose / schéma du protocole doivent être considérées (grade B).
Le risque de NF doit être évalué avant chaque cycle selon les facteurs de risque liés au patient (recommandation 1), du protocole de chimiothérapie et des complications associées (recommandations 2 et 3) et des objectifs du traitement (recommandation 3).

Une prophylaxie par GSCF est recommandée si (recommandation n°4)

  • Risque de NF associé à la chimiothérapie ≥ 20%
  • Risque de NF associé à la chimiothérapie compris entre 10 et 20% : prendre en compte les facteurs de risque liés au patient qui peuvent augmenter le risque de NF.

A noter que l’utilisation de GCSF diminue non seulement le risque de NF mais également la durée de la neutropénie de grade 4 qui peut apparaître malgré la prophylaxie (Crawford et al, Support Cancer Ther 2005).

GSCF en curatif chez les patients présentant une NF (recommandation n°5)

Uniquement chez les patients qui ne répondent pas à un traitement approprié par antibiotiques et qui développent des complications infectieuses menaçant le pronostic vital (grade B).

Les GCSF suivants ont une efficacité démontrée

  • filgastrim (Neupogen®) quotidien
  • lenogastrim (Granocyte®) quotidien
  • forme pégylée du filgastrim : pegfilgastrim (Neulasta®) 1/cycle

Les données actuelles de la littérature ne permettent pas de conclure à la supériorité du pegfilgastrim par rapport aux formes non pégylées.

Selon les recommandations de l’ESMO, un GCSF quotidien doit être débuté 24 à 72 heures après la chimiothérapie et doit être poursuivi jusqu’à sortie d’aplasie, ce qui nécessite habituellement 10-11 jours. La posologie est de 5 μg/kg par jour.

Le Pegflgrastrim est administré en dose unique 24 heures après injection de la chimiothérapie. Il n’est pas éliminé rapidement et son turn-over est régulé par le taux de PNN. Il persiste approximativement 14 jours ou jusqu’à ce qu’un taux normal de PNN soit atteint (Mey et al, Support Care Cancer 2007 ; Yang et al, Pharmacotherapy 2007).Sa posologie est de 6 mg en une seule injection sous cutanée. Privilégier les formes quotidiennes pour les traitements tous les 14 jours ou hebdomadaires

  • Option thérapeutique en Europe (grade A) : utilisation de biosimilaires du filgastrim
    • XM02 (Ratiograstim®, Tevagastrim®, Filgastrim ratiopharm®, Biogastrim®non commercialisé en france)
    • EP2006 (Zarzio®)
    • Ces biosimilaires n’étant pas des génériques, il faut considérer le switch de filgastrim vers un biosimilaire comme une modification de prise en charge et identifier le produit par son nom de marque après accord du médecin et information du patient (pour assurer la traçabilité et la pharmacovigilance). De préférence prescrire toujours la même molécule à un patient.

Remarque : toujours informer le patient qu’il peut présenter des douleurs osseuses sous GSCF et lui prescrire un antalgique le cas échéant.

Les GCSF sont prescrits sur des ordonnances bizones. Il faut joindre l’ordonnance pour faire réaliser les injections par une infirmière à domicile.


Indications des G-CSF



Principaux G-CSF

Filgrastim: GCSF non glycosylé

Neupogen 30 : seringues à 300 μg/ 1 ml (30 MUI) 

Neupogen 48 : seringues à 480 μg/ 1,6 ml (48MUI) 

 

5 μg/kg/jour SC, débuté 24 à 72 heures après le début de la chimiothérapie jusqu’à sortie d’aplasie (PNN : 2 à 3 x 109/l) 

Collection des cellules souches : 10μg/kg/jour 

En pratique : 

Poids < 60 : Filgrastim 30 une injection SC 

Poids > 90 : : Filgrastim 48 une injection SC 

 

BIOSIMILAIRES

Nivestim 30 : seringue de 30 MUI/0,5 ml 

Nivestim 48 : seringue de 48 MUI/0,5 ml 

Ratiograstrim 30 : seringue de 30 MUI/0,5 ml 

Ratiograstrim 48 : seringue de 48 MUI/à 0,8 ml 

Tevagratim 30 : seringue de 30 MUI/0,5 ml 

Tevagratim 48 : seringue de 48 MUI/0,8 ml 

Zarzio 30 : seringue de 30 MUI/0,5 ml 

 

Lenograstim: G-CSF glycosylé

Granocyte® 13 : 5 flacons 105μg (13,4 MUI) 

Granocyte® 34 : 5 flacons 263 μg (33,6 MUI) 

 

5 μg/kg/jour SC 

en pratique chez adulte, granocyte® 34 

débuté 24 à 72 heures après le début de la chimiothérapie jusqu’à sortie d’aplasie (PNN : 2 à 3 x 109/l) 

 

Pelfilgrastim 

Neulasta® 6 mg 

 

6 mg SC en une seule injection SC, 24 heures après la chimiothérapie 

Non indiquée chez l’enfant ou adolescente dont le poids < 45 kg 

 

 



Références bibliographiques :

Aapro M. et al., Eur J Cancer 2006 ; 42 : 4233-2453
Aapro M. el al., Eur J Cancer 2011 ; 47(1) : 8-32
Crawford J et al., Support Cancer Ther. 2005; 2(4) : 229-33
Crawford J et al., Annals of Oncology 2010; 21 (Supplement 5) : v248–v251
Mey UJ et al, Support Care Cancer. 2007; 15(7) : 877-84
Recommandations pour la pratique clinique : Nice Saint Paul de Vence 2009 « cancer du sein » et « soins de support », Oncologie 2009 ; 11(12) : 669-675
Smith TJ et al., J Clin Oncol. 2015 Oct 1;33(28):3199-212.
Yang et al., Pharmacotherapy. 2007 ; 27(10) : 1387-93