Vinorelbine


NAVELBINE ®

MODE D'ACTION

Navelbine est un antinéoplasique cytostatique de la famille des Vinca-Alcaloïdes mais à la différence des autres vinca-alcaloïdes, la partie catharantine de vinorelbine a été structurellement modifiée. Au niveau moléculaire, Navelbine agit sur l’équilibre dynamique de la tubuline au sein de l’appareil microtubulaire de la cellule. Navelbine inhibe la polymérisation de la tubuline. Elle agit préférentiellement sur les microtubules mitotiques, et n’affecte les microtubules axonaux qu’à forte concentration. Son pouvoir spiralisant de la tubuline est inférieur à celui de la vincristine.

Navelbine bloque la mitose en phase G2+M et provoque la mort cellulaire en interphase ou à la mitose suivante.

La sécurité et l’efficacité de la Navelbine dans la population pédiatrique n’ont pas été établies.

Des données cliniques issues de deux études de phase II, non contrôlées (simple bras) utilisant la vinorelbine injectable chez 33 et 46 patients pédiatriques atteint de tumeurs solides récurrentes incluant des rhabdomyosarcomes, des sarcomes des tissus mous, des sarcomes d’Ewing, des liposarcomes, des sarcomes synoviaux, des fibrosarcomes, des cancers du système nerveux central, des ostéosarcomes, et des neuroblastomes, à des doses de 30 ou 33,75mg/m² jour 1 et 8 toutes les 3 semaines, ou 1 fois par semaine pendant 6 semaines toutes les 8 semaines n’a pas démontré d’efficacité clinique significative. Le profil de toxicité était similaire à celui reporté pour les patients adultes.

POSOLOGIE

Voie intra-veineuse :

  • La dose habituelle est de 25 à 30 mg/m². En monothérapie, le rythme d’administration est hebdomadaire.
  • En polychimiothérapie, la dose habituelle est généralement maintenue tandis que la fréquence d’administration est réduite ; par exemple administration à J1 et J5 toutes les 3 semaines ou à J1 et J8 toutes les 3 semaines en fonction du protocole

Voie orale :

  • En monothérapie, les trois premières administrations sont à 60 mg/m2 de surface corporelle, une fois par semaine. Puis, augmentation à 80mg/m2.
  • Pour les patients dont le nombre de neutrophiles a chuté une fois au-dessous de 500/mm3 ou plus d’une fois entre 500 et 1000/mm3 au cours des trois premières administrations, il convient de retarder l’administration jusqu’à la normalisation de ce paramètre et de réduire la dose de 80 à 60 mg/m2 par semaine pour les 3 administrations suivantes.
  • En polychimiothérapie, la dose habituelle est de 60 mg/m² à 80 mg/m². Le rythme hebdomadaire peut être réduit (e.g. une semaine de pause toutes les trois semaines).
  • Pas de modification de posologie en cas d’insuffisance rénale.
  • En cas d’insuffisance hépatique sévère, réduction à 20 mg/m2 et surveillance hématologique.

Attention : la dose totale ne doit jamais dépasser 120 mg par semaine (posologie à 60 mg/ m2) ou 160 mg par semaine (posologie à 80 mg/ m2).

CLASSE THERAPEUTIQUE

Vinca-alcaloïde et analogue

MODE DE PRISE

Voie intra-veineuse : administration en bolus lent (6-10 minutes) ou perfusion de courte durée (20-30 minutes).
Voie orale (Navelbine) : capsule molle avalée avec de l’eau sans mâcher ni sucer la capsule. Prendre la capsule à la fin d’un repas léger.

INDICATION

  • Cancer du poumon non à petites cellules aux stades localisé (adjuvant), localement avancé et métastatique
  • Cancer du sein métastatique en échec d’un traitement à base d’anthracyclines et de taxanes

INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES

  • ​Itraconazole, posaconazole, kétoconazole : Majoration de la neurotoxicité de l’antimitotique, par diminution de son métabolisme hépatique par l’itraconazole, le kétoconazole ou le posaconazole.
  • Inhibiteurs de protéases: Majoration de la toxicité de l’antimitotique, par diminution de son métabolisme hépatique par l’inhibiteur de protéase. Surveillance clinique étroite et adaptation éventuelle de la posologie de l’antimitotique.
  • Mitomycine C : Risque de majoration de la toxicité pulmonaire de la mitomycine et des vinca-alcaloïdes (voir rubrique 4.8).
  • Les vinca-alcaloïdes étant reconnus comme des substrats de la glyco-protéine P, et en l’absence d’études spécifiques, des précautions doivent être exercées lors de l’association de la Navelbine avec des modulateurs forts du transport membranaire.
  • L'association de Navelbine capsule molle avec d'autres médicaments connus pour leur toxicité médullaire est susceptible d'aggraver les effets indésirables myélosuppresseurs.
  • Il n’y a pas d’interaction pharmacocinétique mutuelle lors de l’association de la Navelbine avec le cisplatine lors de plusieurs cycles de traitement. Cependant l’incidence des granulocytopénies a été supérieure lors de l’association de la Navelbine avec le cisplatine que lors de l’utilisation de la Navelbine en monothérapie.
  • Aucune interaction pharmacocinétique cliniquement significative n’a été observée lors de l’association de la Navelbine avec plusieurs autres anti-cancéreux (paclitaxel, docetaxel, capecitabine, et cyclophosphamide oral).
  • Etant donné que le CYP3A4 est principalement impliqué dans le métabolisme de la vinorelbine, l’association avec de puissants inhibiteurs de cette isoenzyme peut augmenter la concentration sanguine de la vinorelbine, et la combinaison avec de puissants inducteurs de cette isoenzyme peut diminuer la concentration sanguine de la vinorelbine.
  • Les anti-émétiques tels que les antagonistes de la 5-HT3 (exemple : ondansetron, granisetron) n’entrainent pas de modifications de la pharmacocinétique de la Navelbine capsule molle 
  • Lors d’une étude clinique de phase I associant la vinorelbine sous forme intraveineuse et le lapatinib, une augmentation de l’incidence des neutropénies de grade 3/4 a été suggérée. Dans cette étude, la dose recommandée de vinorelbine intraveineuse était de 22,5 mg/m2 jour 1 et 8 toutes les 3 semaines en association avec 1000 mg de Lapatinib administré quotidiennement. Ce type d’association doit donc être administré avec prudence.
  • Interaction avec les aliments : l'ingestion simultanée d'aliments ne modifie pas l'exposition à la vinorelbine.

Base de données publique du Médicament