Erlotinib


TARCEVA ®

MODE D'ACTION

L’erlotinib est un inhibiteur de la tyrosine kinase du récepteur du facteur de croissance épidermique humain de type 1 (Epidermal Growth Factor Receptor (EGFR) également connu comme HER1). L’erlotinib est un puissant inhibiteur de la phosphorylation intracellulaire de l’EGFR. L’EGFR est exprimé à la surface de cellules normales et cancéreuses. Dans des modèles non cliniques, l'inhibition de la phosphotyrosine de l’EGFR résulte en un arrêt de la prolifération et/ou à une mort cellulaire. 

Des mutations de l’EGFR peuvent conduire à une activation constitutive des voies de signalisation anti-apoptotique et de la prolifération. La puissante efficacité de l'erlotinib sur le blocage de la signalisation médiée par EGFR dans ces tumeurs arborant des mutations positives de l'EGFR est attribuée à la liaison étroite de l'erlotinib au site de liaison de l’ATP dans le domaine de la kinase mutée de l'EGFR. En raison du blocage en aval de la signalisation, la prolifération des cellules est arrêtée, et la mort cellulaire est induite par la voie intrinsèque de l'apoptose. La régression de la tumeur est observée dans des modèles de souris où l’expression de ces mutations activatrices de l’EGFR est renforcée.

POSOLOGIE

Cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) : formes localement avancées ou métastatiques chez les patients présentant des mutations activatrices de l’EGFR : 150 mg par jour en continu

Monothérapie dans le traitement de maintenance des formes localement avancées ou métastatiques du CBNPC chez les patients avec une maladie stable après 4 cycles d’une première ligne de chimiothérapie standard à base de sels de platine : 150 mg par jour en continu

Traitement des formes localement avancées ou métastatiques du CBNPC après échec d’ au moins une ligne de chimiothérapie : 150 mg par jour en continu

Cancer du pancréas métastatique, associé à la gemcitabine : 100 mg par jour en continu, en association à la gemcitabine

CLASSE THERAPEUTIQUE

Inhibiteur de récepteurs aux facteurs de croissance, voie de signalisation EGFR

MODE DE PRISE

Voie orale une fois par jour, au moins une heure avant ou deux heures après le repas

INDICATION

  • Cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) de formes localement avancées ou métastatiques, chez les patients présentant des mutations activatrices de l’EGFR, en première ligne de traitement
  • Cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC)  en traitement de switch maintenance des formes localement avancées ou métastatiques chez les patients avec mutation activatrice de l’EGFR et présentant une maladie stable après une première ligne de chimiothérapie
  • Cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) de formes localement avancées ou métastatiques après échec d’ au moins une ligne de chimiothérapie. Chez les patients avec des tumeurs sans mutations activatrices de l’EGFR, erlotinib est indiqué lorsque les autres options de traitement ne sont pas considérées appropriées.
  • Cancer du pancréas métastatique, associé à la gemcitabine

INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES

  • L'erlotinib est un inhibiteur puissant du CYP1A1 et un inhibiteur modéré des CYP3A4 et CYP2C8, ainsi qu’un inhibiteur puissant de la glucuroconjugaison par l’UGT1A
  •  Inhibiteurs du CYP1A2:  ciprofloxacine, fluvoxamine
  • Inhibiteurs  du CYP3A4:  antifongiques azolés (ex: kétoconazole, itraconazole, voriconazole), les inhibiteurs de protéase, l’érythromycine ou la clarithromycine
  • Inducteurs du CYP3A4: rifampicine, phénytoïne, la carbamazepine, les barbituriques ou le millepertuis (hypericum perforatum)
  • Statines (rhabdomyolyse)
  • Tabac
  • Inhibiteurs de la pompe à protons
  • Inhibiteurs du protéasome, 
  • Anti-angiogéniques, des corticostéroïdes, des AINS, et/ou une chimiothérapie à base de taxane: risque accru perforation

Base de données publique du Médicament