Interféron Alpha 2a


ROFERON-A ®

MODE D'ACTION

Roféron-A a démontré qu'il possédait de nombreuses propriétés de l'interféron-alfa naturel humain. Roféron-A exerce ses effets antiviraux en induisant une résistance cellulaire aux infections virales et en modulant les effecteurs du système immunitaire de façon à neutraliser les virus ou éliminer les cellules infectées par le virus. Le mécanisme essentiel de l'activité anti-tumorale de Roféron-A n'est pas encore connu. Néanmoins, il a été constaté un certain nombre de modifications dans les cellules tumorales humaines traitées par Roféron-A: dans les cellules HT 29, on observe une diminution significative de la synthèse de l'ADN, de l'ARN et des protéines.

Roféron-A exerce in vitro une activité anti-proliférative à l'égard de diverses tumeurs humaines; il inhibe la croissance de certaines tumeurs humaines greffées chez les souris nude. L'activité de Roféron-A a été testée in vivo sur un nombre limité de lignées cellulaires tumorales humaines développées chez les souris nude immunodéprimées. L'activité antiproliférative de Roféron-A a été étudiée in vivo sur des tumeurs incluant le carcinome muqueux du sein, l'adénocarcinome du caecum, le carcinome du côlon et le carcinome de la prostate. L'importance de l'activité antiproliférative est variable.

Contrairement à d'autres protéines humaines, de nombreux effets de l'interféron alfa-2a disparaissent partiellement ou complètement lorsqu'il est testé sur d'autres espèces animales. Toutefois, une activité significative dirigée contre le virus de la vaccine a été induite chez des singes rhésus prétraités avec l'interféron alfa-2a.

POSOLOGIE

CANCER DU REIN À UN STADE AVANCE

ASSOCIATION A LA VINBLASTINE

  • 3 millions d'UI 3 fois par semaine la première semaine, 9 millions d'UI 3 fois par semaine la semaine suivante et 18 millions d'UI 3 fois par semaine par la suite.
  • La vinblastine doit être administrée de façon concomitante par voie intraveineuse, conformément aux instructions du fabricant, à la dose de 0,1 mg/kg, une fois toutes les 3 semaines.
  • Si Roféron-A à la dose de 18 millions d'UI 3 fois par semaine n'est pas toléré, la posologie peut être réduite à 9 millions d'UI 3 fois par semaine.
  • durée 3 mois, jusqu'à un maximum de 12 mois ou jusqu'à l'apparition d'une maladie évolutive. Les patients présentant une réponse complète peuvent arrêter le traitement 3 mois après confirmation de la réponse.

ASSOCIATION AU BEVACIZUMAB (AVASTIN)

  • 9 millions UI par voie sous-cutanée 3 fois par semaine jusqu’à progression de la maladie ou au maximum pendant 12 mois. La tolérance et l’efficacité du traitement par Roféron-A après 12 mois n’ont pas été étudiés.
  • Le traitement par Roféron-A peut être initié à une dose plus faible (3 ou 6 millions UI). Cependant, la dose recommandée de 9 millions UI doit être atteinte dans les 2 premières semaines de traitement.
  • Si Roféron-A à la dose de 9 millions UI 3 fois par semaine n’est pas toléré, la posologie peut être réduite à une dose minimum de 3 millions UI 3 fois par semaine.
  • Les injections de Roféron-A doivent être administrées après la fin de la perfusion d’Avastin. Pour plus d’informations sur l’utilisation en association à Avastin, veuillez vous reporter au RCP d’Avastin.

MELANOME MALIN APRES RESECTION CHIRURGICALE

3 millions d'UI 3 fois par semaine, pendant 18 mois, en commençant au plus tard 6 semaines après l'intervention chirurgicale. En cas d'intolérance, la posologie devra être diminuée à 1,5 millions d'UI 3 fois par semaine.

CLASSE THERAPEUTIQUE

Immunomodulateur, Immunostimulant, Interféron

MODE DE PRISE

Voie sous-cutanée

INDICATION

  • Cancer du rein avancé
  • Mélanome malin de stade II (Breslow > 1,5 mm, sans atteinte ganglionnaire, ni extension cutanée) et sans maladie décelable après exérèse chirurgicale
  • Leucémie myéloïde chronique en phase chronique avec présence de chromosome Philadelphie, sans indication d’allogreffe
  • Lymphome cutané à cellules T en phase évolutive, réfractaire aux traitements conventionnels ou ne relevant pas de ceux-ci
  • Lymphome folliculaire non-hodgkinien
  • Sarcome de Kaposi asymptomatique évolutif chez les patients ayant un taux de CD4 > 250/mm3 (stade SIDA)
  • Leucémie à tricholeucocytes

INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES

  • théophylline
  • inhibiteurs de protéases

Base de données publique du Médicament