Vincristine


ONCOVIN ®

MODE D'ACTION

  • Vinca alcaloides 
  •  Arrêt en métaphase de la division mitotique des cellules, par fixation sur la tubuline intracellulaire.

POSOLOGIE

  • La dose usuelle est de 1,4 mg/m2 de surface corporelle.
  • En cas d'insuffisance hépatocellulaire ou d'élévation de la bilirubine conjuguée d'une valeur supérieure ou égale à 10 fois la normale, la dose de vincristine doit être diminuée de 50%

CLASSE THERAPEUTIQUE

Poison du fuseau, Vinca-alcaloïde

MODE DE PRISE

Voie intraveineuse stricte : perfusion de courte durée de 5 à 10 minutes, en surveillant l’absence d’extravasation

INDICATION

  • Maladies hématologiques (en polychimiothérapie) :
    • Leucémies aiguës lymphoblastiques
    • Lymphomes hodgkiniens et lymphomes non hodgkiniens
    • Myélome
    • Leucémies aiguës lymphoïdes, en monothérapie, en situation palliative
  • Sarcomes :
    • Rhabdomyosarcomes
    • Sarcome d’Ewing
    • Ostéosarcomes
  • Tumeurs pédiatriques :
    • Neuroblastome
    • Néphroblastome
    • Tumeurs embryonnaires de l’enfant
  • Tumeurs solides : 
    • Cancer du poumon
    • Cancer du sein
    • Cancer du col utérin

INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES

  • La vincristine est métabolisée au niveau hépatique par le cytochrome P450 (CYP3A4).
  • Inhibiteurs du CYP3A4 susceptibles d’augmenter les concentrations de vincristine : antifongiques azolés (kétoconazole, itraconazole), macrolides(érythromycine, clarithromycine), antirétroviraux (ritonavir), amiodarone, inhibiteurs calciques (vérapamil, diltiazem), aprépitantjus de pamplemousse
  • Inducteurs du CYP3A4 susceptibles de diminuer les concentrations de vincristine : rifampicinedexaméthasone, phénytoïne, carbamazépine, phénobarbital, millepertuis
  • Vaccin contre la fièvre jaune (contre-indiqué) et vaccins vivant atténués : risque de maladie vaccinale généralisée éventuellement mortelle
  • Phénytoïne : risque de convulsions par diminution de l’absorption digestive par la vincristine
  • Ciclosporine, tacrolimus : immunodépression excessive avec risque de lymphoprolifération
  • Mitomycine C : majoration du risque de toxicité pulmonaire

Base de données publique du Médicament