Sorafénib


NEXAVAR ®

MODE D'ACTION

Le sorafénib est un inhibiteur multikinase ayant démontré in vitro et in vivo des propriétés à la fois anti-prolifératives et anti-angiogéniques. 

Le sorafénib est un inhibiteur multikinase qui diminue la prolifération des cellules tumorales in vitro. Le sorafénib inhibe la croissance tumorale d’un large spectre de xénogreffes tumorales humaines chez la souris athymique, accompagnée d’une diminution de l’angiogénèse tumorale. Le sorafénib inhibe l’activité des cibles présentes dans les cellules tumorales (CRAF, BRAF, V600E BRAF, c-KIT, et FLT-3) et la vascularisation tumorale (CRAF, VEGFR-2, VEGFR-3, et PDGFR-ß). Les RAF kinases sont des sérine/thréonine kinases, alors que les c-KIT, FLT-3, VEGFR-2, VEGFR-3, et PDGFR-ß sont des récepteurs tyrosine kinase.

POSOLOGIE

La dose recommandée chez l’adulte est de 400 mg de sorafénib (2 comprimés de 200 mg) deux fois par jour (soit une dose totale journalière de 800 mg).

CLASSE THERAPEUTIQUE

  • Anti-angiogénique, Inhibiteur de tyrosine kinase
  • Voie de signalisation: VEGFR2, VEGFR3, PDGFRb, RAF, KIT et FLT3

MODE DE PRISE

Voie orale, deux fois par jour à heures fixes avec un verre d’ eau, en dehors des repas ou pendant un repas pauvre en graisse. En cas de repas riche en graisse, il doit être pris 1h avant ou 2h après le repas.

INDICATION

  • Cancer du rein avancé après échec d’un traitement par interféron alfa-2a ou IL-2 ou pour lesquels ces traitements sont considérés comme inadaptés
  • Carcinome hépatocellulaire non éligible en première intention pour un traitement spécifique (transplantation hépatique, résection chirurgicale, destruction percutanée, chimioembolisation) ou en récidive après traitement spécifique et score de Child-Pugh A
  • Carcinome thyroïdien différencié (papillaire, folliculaire, à cellules de Hürthle) localement avancé ou métastatique en progression, réfractaire à l’iode radioactif

INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES

  • Inducteurs du CYP3A4 susceptibles de diminuer les concentrations de sorafenib : rifampicine, dexamethasone, carbamazépine, phénobarbital, phénytoine, efavirenz, nevirapine, millepertuis
  • Agent antimicrobien pouvant perturber la flore digestive susceptible de diminuer les concentrations de sorafenib : néomycine
  • Substrats de la PgP susceptibles dont les concentrations peuvent être augmentées en cas de prise de sorafenib : digoxine

EFFETS INDESIRABLES

Très fréquents :

  • diarrhées
  • nausées
  • syndrome main-pied, prurit, érythème
  • HTA
  • fatigue
  • élévation de la lipasémie

Fréquents :

  • stomatite, dysphagie, anorexie
  • hématologiques : leucopénie, anémie, thrombopénie
  • élévation des transaminases, amylasémie

Peu Fréquents :

  • troubles thyroïde
  • pancréatite
  • augmentation bilirubine, PAL

SURVEILLANCE

  • NFS + plaquettes
  • TA, protéinurie (BU)
  • bilan hépatique (transaminases) et pancréatique (amylasémie et lipasémie)
  • TSH (si ATCD ou signes cliniques)

Base de données publique du Médicament