Mitoxantrone


 NOVANTRONE ®

MODE D'ACTION

La mitoxantrone est un antinéoplasique cytostatique appartenant à la famille des anthracène-diones de synthèse. Son mode d'action principal est l'activité intercalante, son point d'impact se situerait au niveau de l'ADN. In vitro, son action cytotoxique s'exerce sur les cellules tant en phase de prolifération qu'en phase de repos.

Chez les patients symptomatiques atteints de cancer de la prostate hormonorésistant, l'association mitoxantrone et corticostéroïde a montré une amélioration significative de la douleur et de la qualité de vie. Il n'a pas été montré d'amélioration significative de la survie globale.

POSOLOGIE

  • Cancer du sein et lymphomes non hodgkiniens :
    • De 12 à 14 mg/m2 en intraveineux, 1 fois tous les 21 à 28 jours. Dose initiale plus faible chez les patients en mauvais état général, présentant un risque médullaire en raison de traitements antérieurs, ou en association avec d’autres produits myélosuppressifs.
  • Leucémies aiguës myéloïdes :
    • En monochimiothérapie, la dose efficace est de 10 à 12 mg/m2/jour pendant 5 jours, en intraveineux
    • En polychimiothérapie, posologie de 10 à 12 mg/m2 par jour pendant 3 à 5 jours en association avec de la cytarabine sur 5 à 7 jours
  • Traitement palliatif du cancer avancé de la prostate résistant à la castration :
    • 12 mg/m2 tous les 21 jours, en association avec de faibles doses de corticostéroïdes par voie orale. La dose cumulée ne devra pas dépasser 120 mg/m2.

CLASSE THERAPEUTIQUE

Inhibiteur de topoisomérase II

MODE DE PRISE

  • Perfusion intraveineuse lente (10 à 15 minutes) :
  • Cancer du sein et lymphomes non hodgkiniens : tous les 21 à 28 jours
  • Leucémies aiguës myéloïdes : tous les jours pendant 3 à 5 jours
  • Traitement palliatif du cancer avancé de la prostate résistant à la castration : tous les 21 jours

INDICATION

  • Cancer du sein métastatique : en monothérapie ou en association avec d’autres molécules de chimiothérapie
  • Leucémies aiguës myéloïdes : en monothérapie ou en association avec d’autres molécules de chimiothérapie
  • Lymphomes non hodgkiniens : en monothérapie ou en association avec d’autres molécules de chimiothérapie
  • Cancer de la prostate résistant à la castration : traitement palliatif (diminution de la douleur, augmentation de la qualité de vie) en association avec de faibles doses de corticostéroïdes par voie orale

INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES

  • Vaccin contre la fièvre jaune (contre-indiqué)
  • Phénytoïne
  • Anticoagulants oraux
  • Vaccins vivants atténués
  • Immunosuppre

Base de données publique du Médicament