Trifluridine Tipiracil ( TAS 102 )


 LONSURF ®

MODE D'ACTION

Lonsurf est composé d’un antinéoplasique, analogue nucléosidique de la thymidine, la trifluridine, et d’un inhibiteur de la thymidine phosphorylase (TPase), le chlorhydrate de tipiracil, dans un rapport molaire 1: 0,5 (rapport pondéral de 1: 0,471).

Suite à son entrée dans les cellules cancéreuses, la trifluridine est phosphorylée par la thymidine kinase, puis métabolisée au sein de la cellule en un substrat de l’acide désoxyribonucléique (ADN), et ensuite directement incorporée dans l’ADN, interfèrant ainsi avec les fonctions de l’ADN, de façon à empêcher la prolifération des cellules cancéreuses.

Toutefois, la trifluridine est rapidement dégradée par la TPase et facilement métabolisée par un effet de premier passage après administration orale. C’est pourquoi elle est associée au chlorhydrate de tipiracil, inhibiteur de la TPase.

Dans les études non cliniques, l’association trifluridine / chlorhydrate de tipiracil a fait preuve d’une activité antitumorale à la fois sur des lignées cellulaires de cancer colorectal sensibles au 5- fluorouracile (5-FU) et sur des lignées cellulaires de cancer colorectal résistantes au 5-FU.

L'activité cytotoxique de l’association trifluridine / chlorhydrate de tipiracil observée à l’égard de plusieurs xénogreffes de tumeurs humaines était fortement corrélée à la quantité de trifluridine incorporée dans l'ADN, ce qui a confirmé que le mécanisme d’action principal consistait en l’intégration de la trifluridine dans l’ADN cellulaire.

POSOLOGIE

Chez l’adulte, la dose initiale recommandée est 35 mg/m2 /dose administrée par voie orale, à raison de 2 administrations par jour, aux Jours 1 à 5 puis aux Jours 8 à 12 de chaque cycle de traitement (1 cycle de traitement = 28 jours).

CLASSE THERAPEUTIQUE

Analogues de la pyrimidine

MODE DE PRISE

Voie orale. Les comprimés doivent être pris avec un verre d’eau dans l’heure qui suit la fin des repas du matin et du soir.

INDICATION

Cancer colorectal métastatique chez les patients :

  • précédemment traités par les traitements disponibles comprenant les chimiothérapies à base de fluoropyrimidine, d’oxaliplatine et d’irinotecan, les agents anti-VEGF et les agents antiEGFR,
  • ou qui ne sont pas éligibles à ces traitements.

INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES

Substrats du cytochrome P450 : les études in vitro ne montrent aucune interaction avec les isoformes humaines du cytochrome P450. Cependant, la prudence reste de mise lors de leur administration concomitante avec la trifluridine et le chlorhydrate de tipiracil.

Substrats de la thymidine kinase humaine, comme par exemple la zidovudine. Ces médicaments, s’ils sont utilisés de façon concomitante avec Lonsurf, peuvent entrer en compétition avec la trifluridine lors de leur réaction d’activation par phosphorylation via la thymidine kinase. Par conséquent, lors de l’utilisation concomitante de médicaments antiviraux substrats de la thymidine kinase humaine, il faut surveiller une éventuelle diminution de l’efficacité de l’agent antiviral et envisager une alternative thérapeutique antivirale en ayant recours à des médicaments qui ne sont pas substrats de la thymidine kinase humaine, comme la lamivudine, la zalcitabine, la didanosine et l’abacavir.

Prudence lors de la coadministration avec des substrats de CNT1, ENT1, ENT2, OCT2 et MATE1.


Base de données publique du Médicament