Ribociclib


KISQALI ®

MODE D'ACTION

Le ribociclib est un inhibiteur sélectif des kinases cycline-dépendantes (CDK) 4 et 6 ayant une concentration inhibitrice de 50 % (CI50) respectivement aux valeurs de 0,01 (4,3 ng/ml) et 0,039 μM (16,9 ng/ml) dans les essais biochimiques. Ces kinases sont activées par la liaison aux cyclines-D et jouent un rôle majeur dans les voies de signalisation qui conduisent à la progression du cycle cellulaire et à la prolifération cellulaire. Le complexe cycline D-CDK4/6 régule la progression du cycle cellulaire par phosphorylation de la protéine du rétinoblastome (pRb).

In vitro, le ribociclib diminuait la phosphorylation de pRb, entraînant un arrêt dans la phase G1 du cycle cellulaire, et réduisait la prolifération cellulaire dans des lignées cellulaires de cancer du sein. In vivo, le traitement avec le ribociclib en monothérapie entraînait des régressions tumorales corrélées avec l'inhibition de la phosphorylation de pRb.

Des études in vivo utilisant un modèle de xénogreffe de cancer mammaire positif aux œstrogènes dérivé d'une patiente, l’association du ribociclib et d'antiœstrogènes (en l'occurrence le létrozole) entraînaient une inhibition supérieure de la croissance tumorale avec une régression tumorale durable et une reprise de la croissance tumorale retardée après un arrêt du traitement par rapport à chaque médicament seul.

Lors de tests sur un échantillon de lignées cellulaires de cancer du sein avec statut RE connu, le ribociclib s'est avéré plus efficace dans les lignées cellulaires de cancer du sein RE+ que dans les RE-.

POSOLOGIE

  • 600 mg une fois par jour, pendant 21 jours consécutifs suivis d’une interruption de 7 jours, constituant un cycle complet de 28 jours.
  • En association avec 2,5 mg de létrozole ou un autre inhibiteur de l’aromatase, par voie orale, une fois par jour pendant tout le cycle de 28 jours.

CLASSE THERAPEUTIQUE

Inhibiteur de protéine kinase ; CDK4/6

MODE DE PRISE

  • Par voie orale, une fois par jour, à la même heure chaque jour, de préférence le matin.
  • Ne pas mâcher, écraser ou couper. Ne pas avaler si le médicament est cassé, fendu ou dégradé.

INDICATION

Cancer du sein au stade localement avancé ou métastatique, chez les femmes ménopausées, avec récepteurs hormonaux positifs et HER2 négatifs

INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES

  • Inhibiteur du CYP3A4 susceptibles d’augmenter les concentrations du ribociclib : la clarithromycine, l’indinavir, l’itraconazole, le kétoconazole, le lopinavir, le ritonavir, le néfazodone, le nelfinavir, le posaconazole, le saquinavir, le télaprevir, la télithromycine, le verapamil, le voriconazole et le pamplemousse.
  • Inducteurs du CYP3A4 susceptibles de diminuer les concentrations du ribociclib : la phénytoïne, la rifampicine, la carbamazépine et le millepertuis.
  • Substrats du CYP3A4 dont les concentrations peuvent être augmentées par le ribociclib : l’alfentanil, la ciclosporine, l’évérolimus, le fentanyl, le sirolimus et le tacrolimus, l’alfuzosine, l’amiodarone, le cisapride, la pimozide, la quinidine, l’ergotamine, la dihydroergotamine, la quétiapine, la lovastatine, la simvastatine, le sildénafil, le midazolam, le triazolam.
  • Substrats du CYP1A2 dont les concentrations peuvent être augmentées par le ribociclib : la caféine.
  • Substrats des transporteurs P-gp, BCRP, OATP1B1/1B3, OCT1, OCT2, MATE1 et BSE : Une surveillance appropriée est recommandée en cas d’administration concomitante de ribociclib avec des substrats des transporteurs (par expl: la digoxine, la pitavastatine, la pravastatine, la rosuvastatine et la metformine)
  • La co-administration du ribociclib avec des médicaments ayant un potentiel d’allongement de l’intervalle QT (incluant notamment, l’amiodarone, le disopyramide, la procaïnamide, la quinidine, le sotalol, la chloroquine, l’halofantrine, la clarithromycine, l’halopéridol, la méthadone, la moxifloxacine, le bépridil, la pimozide et l’ondansétron par voie intraveineuse) doit être évitée.

Base de données publique du Médicament