Lenvatinib


KISPLYX ®

MODE D'ACTION

Le lenvatinib est un inhibiteur des récepteurs tyrosine kinase (RTK) qui inhibe sélectivement les activités kinase des récepteurs du facteur de croissance de l’endothélium vasculaire (VEGF) VEGFR1 (FLT1), VEGFR2 (KDR) et VEGFR3 (FLT4), en plus d’autres RTK liés aux voies proangiogéniques et oncogéniques, dont les récepteurs du facteur de croissance des fibroblastes (FGF) FGFR1, 2, 3 et 4, le récepteur du facteur de croissance dérivé des plaquettes (PDGF) PDGFR et les récepteurs KIT et RET. L’association du lenvatinib et de l’évérolimus a montré une activité anti-angiogénique et antitumorale accrue, mise en évidence par des diminutions de la prolifération des cellules endothéliales humaines, de la formation de tubules et de la signalisation du VEGF in vitro et du volume tumoral dans des modèles murins de xénogreffe de cellules de cancer du rein humain supérieures à celles observées avec chaque médicament administré seul.

Bien que le mécanisme d’action pour l’hypertension n’ait pas été étudié directement avec le lenvatinib, il est présumé qu’il est dû à l’inhibition du VEGFR2 dans les cellules endothéliales vasculaires. De même, bien qu’il n’ait pas été étudié directement, il est présumé que le mécanisme d’action pour la protéinurie est dû à la régulation négative du VEGFR1 et du VEGFR2 dans les podocytes du glomérule.

Le mécanisme d’action pour l’hypothyroïdie n’est pas totalement élucidé.

Le mécanisme d’action pour l’aggravation de l’hypercholestérolémie avec le traitement en association n’a pas été étudié directement et n’est pas totalement élucidé.

Bien que le mécanisme d’action pour l’aggravation de la diarrhée avec le traitement en association n’ait pas été étudié directement, il est présumé qu’il est dû à l’altération de la fonction intestinale liée aux mécanismes d’action de chaque agent, l’inhibition des VEGF/VEGFR et de c-KIT par le lenvatinib couplée à l’inhibition de mTOR/NHE3 par l’évérolimus.

POSOLOGIE

La dose quotidienne recommandée de lenvatinib est de 18 mg (une gélule de 10 mg et deux gélules de 4 mg) en une prise par jour, en association avec 5 mg d’évérolimus une fois par jour.

Les doses quotidiennes de lenvatinib et, si nécessaire, d’évérolimus, doivent être modifiées conformément aux recommandations relatives aux adaptations de la dose et à la gestion des toxicités.

CLASSE THERAPEUTIQUE

Inhibiteur de tyrosine kinase, Inhibiteur protéine kinase; Récepteurs au VEGF et au FGF

MODE DE PRISE

Les gélules doivent être prises à peu près à la même heure chaque jour, au cours ou en dehors des repas. Elles peuvent être avalées entières avec de l’eau. Les aidants ne doivent pas ouvrir la gélule afin d’éviter tout contact répété avec le contenu de la gélule.

Si ce mode d’administration apparaît difficile, les gélules de lenvatinib peuvent être ajoutées sans les briser ou les écraser à une cuillère à soupe d’eau ou de jus de pomme dans un petit verre pour former une suspension. Les gélules doivent rester dans le liquide pendant au moins 10 minutes puis l’ensemble mélangé pendant au moins 3 minutes pour dissoudre l’enveloppe des gélules. La suspension doit être avalée. Après avoir bu, la même quantité d’eau ou de jus de pomme (une cuillère à soupe) doit être ajoutée dans le verre en remuant plusieurs fois. Le supplément de liquide doit être avalé.

INDICATION

Traitement des patients adultes atteints d’un cancer du rein avancé ayant reçu un traitement antérieur par anti-VEGF, en association avec l’évérolimus.

INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES

Pas d’interaction pharmacocinétique documentée.


Base de données publique du Médicament