Ifosfamide


HOLOXAN ®

MODE D'ACTION

Agent alkylant bifonctionnel de type oxazaphosphorine appartenant à la famille des moutardes azotées agissant après transformation dans l'organisme.

L'ifosfamide agit par interaction directe sur l'ADN en formant des liaisons covalentes avec les substrats nucléophiles par l'intermédiaire de ses radicaux alcoyles. Ceci entraîne des modifications profondes chimiques ou enzymatique de l'ADN ainsi que la formation de « ponts » alcoyles intrabrins ou interbrins, avec pour conséquence une inhibition de la transcription et de la réplication de l'ADN aboutissant à la destruction cellulaire.

Cette action est cycle dépendante, elle respecte les cellules en G0.

POSOLOGIE

  • Fonction de l'indication thérapeutique (type et localisation de la tumeur, traitement initial ou d'entretien).
  • Elle est individuelle et doit tenir compte de l'état clinique et hématologique du patient
  • L'ifosfamide est habituellement utilisé en association avec d'autres cytostatiques à des doses moyennes de 1,5 à 3 g/m2/jour par cycles courts de 3 à 5 jours renouvelables toutes les 3 à 4 semaines. La dose totale à rechercher est de 5 à 10 g/m2/cycle.

CLASSE THERAPEUTIQUE

Agent alkylant, Cytotoxique, Moutarde azotée

MODE DE PRISE

  • Perfusion intraveineuse, de 30 minutes à 8 heures, en doses fractionnées réparties sur plusieurs jours ou en perfusion continue de 24 heures pour les fortes doses.
  • En raison de la toxicité vésicale, il est recommandé d’associer systématiquement la prise de mesna et/ou d’assurer une hydratation suffisante.

INDICATION

  • Sarcomes des tissus mous et ostéogéniques chez l’enfant et l’adulte
  • Lymphomes non hodgkiniens
  • Cancer de l’ovaire en rechute
  • Cancer du col utérin métastatique
  • Cancers bronchiques à petites cellules et non à petites cellules
  • Lymphome hodgkinien en rechute
  • Carcinome testiculaire en rechute
  • Cancer du sein métastatique
  • Cancer de la sphère ORL en rechute ou métastatique
  • Leucémie aigüe lymphoblastique en rechute

INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES

Interactions communes aux cytotoxiques

En raison de l'augmentation du risque thrombotique lors des affections tumorales, le recours à un traitement anticoagulant est fréquent. La grande variabilité intra-individuelle de la coagulabilité au cours de ces affections, à laquelle s'ajoute l'éventualité d'une interaction entre les anticoagulants oraux et la chimiothérapie anticancéreuse, imposent, s'il est décidé de traiter le patient par anticoagulants oraux, d'augmenter la fréquence des contrôles de l'INR.

Associations contre-indiquées

Vaccin contre la fièvre jaune:

Risque de maladie vaccinale généralisée mortelle.

Associations déconseillées

Vaccins vivants atténués (sauf fièvre jaune).

Risque de maladie vaccinale généralisée éventuellement mortelle. Ce risque est majoré chez les sujets déjà immunodéprimés par la maladie sous -jacente. Utiliser un vaccin inactivé lorsqu'il existe (poliomyélite).

Phénytoïne (et par extrapolation phosphénytoïne) :

Risque de survenue de convulsions par diminution de l'absorption digestive de la phénytoïne par le cytotoxique ou risque d'augmentation de la toxicité ou de la perte d'efficacité du cytotoxique due à l'augmentation du métabolisme hépatique par la phénytoïne.

Associations à prendre en compte

  • Ciclosporine (décrit pour doxorubicine, étoposide)
  • Immunodépression excessive avec risque de lymphoprolifération.
  • Tacrolimus (par extrapolation à partir de la ciclosporine).
  • Immunodépression excessive avec risque de lymphoprolifération.

Associations à prendre en compte

  • Aprepitant
  • Risque d’augmentation de la neurotoxicité de l’ifosfamide.

Interactions spécifiques à l'ifosfamide.

  • L'ifosfamide peut entraîner une majoration des effets cardiotoxiques des anthracyclines ou des effets hypoglycémiants des antidiabétiques.
  • L'allopurinol peut entraîner une majoration des effets myélotoxiques de l'ifosfamide.
  • Le métabolisme de l'ifosfamide peut être perturbé par de nombreux médicaments inducteurs enzymatiques (phénobarbital, phénytoïne, rifampicine) ou inhibiteurs enzymatiques (chloramphénicol, cimétidine).
  • L'ifosfamide peut potentialiser la neurotoxicité, l'hématotoxicité et la néphrotoxicité du cisplatine : il est conseillé d'attendre 5 heures pour administrer l'ifosfamide après administration de cisplatine.

Base de données publique du Médicament