Imatinib


GLIVEC ®

MODE D'ACTION

L'imatinib est une petite molécule chimique inhibitrice de protéine tyrosine kinase qui inhibe puissamment l'activité de la tyrosine kinase (TK) Bcr-Abl ainsi que plusieurs récepteurs TK : Kit, le récepteur du SCF (stem cell factor) codé par le proto-oncogène c-Kit, les récepteurs du domaine discoidine (DDR1 et DDR2), le CSF-1R (récepteur du colony stimulating factor) et les récepteurs alpha et bêta du PDGF (platelet-derived growth factor) (PDGFR-alpha et PDGFR-bêta). L'imatinib peut également inhiber les processus cellulaires médiés par l'activation des kinases de ces récepteurs. 

POSOLOGIE

  • LMC, phase chronique : 400 mg/jour, augmentation possible à 600 ou 800 mg/jour
  • LMC, phase accélérée : 600 mg/jour, augmentation possible à 800 mg/jour
  • LMC, en crise blastique : 600 mg/jour, augmentation possible à 800 mg/jour
  • LMC de l’enfant (≥ 2 ans), phase chronique et phase avancée : 340 mg/m2/jour, augmentation possible à 570 mg/m2/jour, sans dépasser 800 mg/jour
  • LAL Ph+ : 600 mg/jour, en association à une chimiothérapie d’induction, de consolidation et d’entretien, ou en monothérapie (LAL Ph+ en rechute ou réfractaire)
  • LAL Ph+ de l’enfant : 340 mg/m2/jour, sans dépasser 600 mg/jour
  • SMD/SMP : 400 mg/jour
  • SHE/LCE : 100 mg/jour, augmentation possible à 400 mg/jour
  • GIST métastatique : 400 mg/jour, augmentation possible à 800 mg/jour (en cas de mutation de l’exon 9 de KITd’emblée, sinon en cas de résistance à la dose de 400 mg/jour)
  • GIST à risque élevé ou intermédiaire de rechute, en adjuvant : 400 mg/jour pendant 3 ans
  • Dermatofibrosarcome de Darier-Ferrand métastatique :800 mg/jour

CLASSE THERAPEUTIQUE

Inhibiteur de tyrosine kinase, voie de signalisation c-Kit, PDGFRa et b, Bcr-Abl

MODE DE PRISE

Voie orale, au cours d’un repas.
Une prise par jour (schémas à 400 et 600 mg/jour) ou une prise matin et soir de 400 mg (schémas à 800 mg/jour).

INDICATION

  • LMC (leucémie myéloïde chronique) Ph+ (chromosome Philadelphie bcr-abl positive) nouvellement diagnostiquée lorsque la greffe de moelle osseuse ne peut être envisagée comme un traitement de première intention, en monothérapie
  • LMC Ph+ en phase chronique après échec du traitement par l’interféron alpha ou en phase accélérée ou en crise blastique, en monothérapie
  • LAL (leucémie aiguë lymphoblastique) Ph+ nouvellement diagnostiquée, en association avec la chimiothérapie
  • LAL Ph+ réfractaire ou en rechute, en monothérapie
  • SMD/SMP (syndromes myélodysplasiques/myéloprolifératifs) associés à des ré-arrangements du gène du PDGFR, en monothérapie
  • SHE (syndrome hyperéosinophilique) à un stade avancé ou LCE (leucémie chronique à éosinophiles), associés à un réarrangement FIP1L1-PDGFRA, en monothérapie
  • Tumeurs stromales gastro-intestinales (GIST) en 1ère ligne métastatique, en monothérapie
  • Tumeurs stromales gastro-intestinales (GIST) traitement adjuvant (3 ans) dans les formes à risque élevé et intermédiaire de rechute, en monothérapie
  • Dermatofibrosarcome de Darier-Ferrand (DFSP) 1ère ligne métastatique, en monothérapie

INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES

Inhibiteurs du CYP3A4 susceptibles d’augmenter les concentrations : amiodarone, itraconazole, kétoconazole, posaconazole, voriconazole, nelfinavir, ritonavir, saquinavir, cyclosporine, érythromycine, tacrolimus, vérapamil

Inducteurs du CYP3A4 susceptibles de diminuer les concentrations : carbamazépine, phénobarbital, phénytoine, rifampicine, millepertuis, fenofibrate

L’imatinib augmente les concentrations plasmatiques de paracétamol (lorsque celui-ci est administré à doses ≥ 1000 mg/jour).


Base de données publique du Médicament