Ramucirumab


CYRAMZA ®

MODE D'ACTION

Le récepteur du facteur de croissance endothélial vasculaire (VEGF) de type 2 est le médiateur-clé de l'angiogenèse induite par le VEGF.

Le ramucirumab est un anticorps humain dont l'action bloque spécifiquement le récepteur du VEGF de type 2 et empêche ainsi la liaison des VEGF-A, VEGF-C et VEGF-D.

Le ramucirumab inhibe ainsi l'activation du récepteur du VEGF de type 2 stimulée par le ligand et ses composants de signalisation en aval, dont les protéines kinases activées par les mitogènes p44/p42, neutralisant la prolifération et la migration des cellules endothéliales humaines induites par le ligand. 

POSOLOGIE

  • Cancer gastrique et adénocarcinome de la jonction gastro-oesophagienne (JGO),
    • en association avec le paclitaxel : La dose recommandée de ramucirumab est de 8 mg/kg les jours 1 et 15 d’un cycle de 28 jours avant la perfusion de paclitaxel. La dose recommandée de paclitaxel est de 80 mg/m2 administrée en perfusion intraveineuse de 60 minutes environ les jours 1, 8 et 15 d’un cycle de 28 jours.
    • En monothérapie : la dose recommandée est 8 mg/kg toutes les 2 semaines.
  • Cancer colorectal :

La dose recommandée de ramucirumab est de 8 mg/kg toutes les 2 semaines administrée en perfusion intraveineuse avant administration de FOLFIRI.

  • Cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) :

La dose recommandée de ramucirumab est de 10 mg/kg le jour 1 d’un cycle de 21 jours avant la perfusion de docétaxel. La dose recommandée de docétaxel est de 75 mg/m2 administrée en perfusion intraveineuse d’environ 60 minutes le jour 1 d’un cycle de 21 jours.

CLASSE THERAPEUTIQUE

  • Anti-angiogénique, Anticorps monoclonal
  • Voie de signalisation VEGFR-2

MODE DE PRISE

  • Après dilution, administré par perfusion intraveineusependant environ 60 minutes.
  • Il ne doit pas être administré en injection intraveineuse massive ou en bolus.
  • Pour obtenir la durée de perfusion requise d’environ 60 minutes, le débit de perfusion maximum de 25 mg/minute ne doit pas être dépassé ; en revanche, la durée de perfusion doit être augmentée.
  • Le patient doit être surveillé pendant la perfusion pour identifier tout signe de réaction liée à la perfusion. La disponibilité d’un équipement de réanimation approprié doit être assurée.

INDICATION

  • Cancer gastrique ou adénocarcinome de la jonction gastro-oesophagienne avancés, en association avec le paclitaxel, pour les patients adultes dont la maladie a progressé après une chimiothérapie à base de sels de platine et de fluoropyrimidine.
  • En monothérapie, cancer gastrique ou adénocarcinome de la jonction gastro-œsophagienne avancés pour les patients adultes dont la maladie a progressé après une chimiothérapie à base de sels de platine ou de fluoropyrimidine et pour lesquels un traitement en association avec le paclitaxel n’est pas approprié.
  • Cancer colorectal métastatique (CCRM), en association avec la chimiothérapie FOLFIRI (irinotécan, acide folinique et 5¬fluorouracile), pour les patients adultes dont la maladie a progressé pendant ou après un traitement par bevacizumab, oxaliplatine et une fluoropyrimidine.
  • Cancer bronchique non à petites cellules localement avancé ou métastatique, en association avec le docétaxel, pour les patients adultes dont la maladie a progressé après une chimiothérapie à base de sels de platine.

INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES

Aucune interaction médicamenteuse n’a été observée entre le ramucirumab et le paclitaxel.

Les propriétés pharmacocinétiques du paclitaxel n’ont pas été affectées par l’administration concomitante du ramucirumab ; les propriétés pharmacocinétiques du ramucirumab n’ont pas été affectées par l’administration concomitante du paclitaxel.

Les propriétés pharmacocinétiques de l’irinotécan et de son métabolite actif SN-38 n’ont pas été affectées par l’administration concomitante du ramucirumab.

Les propriétés pharmacocinétiques du docétaxel n’ont pas été affectées par  l’administration concomitante du ramucirumab.


Base de données publique du Médicament