Nab-Paclitaxel


ABRAXANE ®

MODE D'ACTION

Le paclitaxel est un agent antimicrotubule qui stimule l’assemblage des dimères de tubuline en microtubules et stabilise ces derniers en empêchant leur dépolymérisation. Cette stabilité inhibe la réorganisation dynamique normale du réseau de microtubules, un phénomène essentiel aux fonctions vitales des cellules au cours de l’interphase et de la mitose. De plus, le paclitaxel induit la formation anormale de groupements ou de faisceaux de microtubules pendant toute la durée du cycle cellulaire ainsi que la constitution de multiples asters de microtubules pendant la mitose.

Abraxane contient des nanoparticules de paclitaxel-albumine sérique humaine d’une taille d’environ 130 nm, le paclitaxel étant à l’état amorphe, non cristallin. Après administration intraveineuse, les nanoparticules se dissocient rapidement en complexes solubles de paclitaxel lié à l’albumine d’une taille d’environ 10 nm. L’albumine est connue pour faciliter la transcytose endothéliale par les cavéoles de composants plasmatiques et des études in vitro ont démontré que sa présence dans Abraxane favorise le transport du paclitaxel à travers les cellules endothéliales. On suppose que ce transport transendothélial cavéolaire facilité fait intervenir le récepteur de l’albumine gp60, et que l’accumulation de paclitaxel est augmentée dans la zone tumorale grâce à la protéine SPARC (Secreted Protein Acidic and Rich in Cysteine) qui se lie à l’albumine.

POSOLOGIE

  • Cancer du sein : 260 mg/m2 administré toutes les 3 semaines
  • Adénocarcinome du pancréas : en association avec la gemcitabine : 125 mg/m2 administré les jours 1, 8 et 15 de chaque cycle de 28 jours
  • Cancer du poumon : 100 mg/m2 administrée en perfusion intraveineuse de 30 minutes les jours 1, 8 et 15 de chaque cycle de 21 jours. La dose recommandée de carboplatine est AUC = 6 mg.min/mL, seulement le jour 1 de chaque cycle de 21 jours, immédiatement après la fin de l’administration de Nab-paclitaxel.

CLASSE THERAPEUTIQUE

  • Alcaloïde, Poison du fuseau, Taxanes

MODE DE PRISE

  • Voie intra-veineuse : en perfusion de 30 minutes
  • le nab-paclitaxel ne doit être ré-administré que lorsque : PNN > 1.500 / mm3 ; plaquettes > 100.000 / mm3
  • Risque d’hypersensibilité diminué par rapport au paclitaxel : prémédication par corticoïdes et antihistaminiques non systématique

INDICATION

  • Cancer du sein métastatique en monothérapie chez les patients en échec du traitement de première ligne chez qui le traitement standard incluant une anthracycline n’est pas indiqué
  • Adénocarcinome du pancréas métastatique en première ligne, en association avec la gemcitabine
  • Cancer bronchique non à petites cellules, en association avec le carboplatine, en première ligne chez les patients adultes non candidats à une chirurgie potentiellement curative et/ou une radiothérapie.

INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES

Le paclitaxel est partiellement métabolisé par les isoenzymes du cytochrome P450, CYP2C8 et CYP3A4

  • Inhibiteurs du CYP2C8  susceptibles d’augmenter les concentrations de paclitaxel : gemfibrozil
  • Inhibiteurs du CYP3A4  susceptibles d’augmenter les concentrations de paclitaxel : antifongiques azolés (kétoconazole, itraconazole), macrolides (érythromycine, clarithromycine), antirétroviraux (ritonavir), amiodarone, aprépitant, jus de pamplemousse
  • Inducteurs du cytochrome P450 susceptibles de diminuer les concentrations de paclitaxel : antiépileptiques (carbamazépine, phénobarbital, phénytoïne), antibactériens (rifampicine), antirétroviraux, millepertuis

Base de données publique du Médicament