Alectinib

Alectinib


ALECENSA ®

MODE D'ACTION

Alectinib est un inhibiteur de tyrosine kinase ALK et RET hautement sélectif et puissant. Dans les études précliniques, l’inhibition de l’activité tyrosine kinase de l’ALK a conduit au blocage en aval des voies de signalisation incluant les récepteurs STAT3 et PI3K/AKT et à l’induction de la mort cellulaire tumorale (apoptose).

Alectinib a démontré une activité in vitro et in vivo contre les formes mutantes de l’enzyme ALK, dont les mutations responsables de la résistance au crizotinib. Le principal métabolite de l’alectinib (M4) a montré une activité et une puissance in vitro similaires. D’après les données précliniques, l’alectinib n’est pas un substrat de la protéine P-gp ou de la BCRP, chacun étant des transporteurs d’efflux au niveau de la barrière hémato-encéphalique, et est par conséquent en mesure de distribuer et d’être retenu au sein du système nerveux central.

POSOLOGIE

  • 600 mg (4 gélules de 150 mg) deux fois par jour au cours d’un repas (posologie quotidienne totale de 1200 mg)
  • Insuffisance hépatique sous-jacente sévère (Child-Pugh C), la posologie initiale recommandée est de 450 mg deux fois par jour au cours d’un repas(posologie quotidienne totale de 900 mg)

CLASSE THERAPEUTIQUE

Inhibiteur de tyrosine kinase, voie de signalisation ALK et RET

MODE DE PRISE

  • Administration orale.
  • Les gélules doivent être avalées entières et ne doivent pas être ouvertes ou dissoutes.
  • Elles doivent être prises au cours d’un repas
  • Retard ou omission d’une dose: prise immédiatement sauf s’il reste moins de 6 heures avant la prochaine dose

INDICATION

  • Cancer du poumon non à petites cellules anaplastic lymphoma kinase (ALK)-positif et avancé en première ligne de traitement chez les patients adultes.
  • Cancer du poumon non à petites cellules anaplastic lymphoma kinase(ALK)-positif et avancé chez les patients adultes préalablement traités par crizotinib.

INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES

  • Inhibiteurs du CYP3A : ritonavir, le saquinavir, la télithromycine, le kétoconazole, l’itraconazole, le voriconazole, le posaconzaole, le néfazodone, le pamplemousse ou les oranges amères
  • Inducteurs puissants du CYP3A: carbamazépine, le phénobarbital, la phénytoïne, la rifabutine, la rifampicine et le millepertuis
  •  Médicaments augmentant le pH gastrique: Inhibiteurs de la pompe à protons, les antagonistes des récepteurs H2 et les antiacides
  • Médicaments métabolisés principalement par l’UGT1A1: raltégravir, irinotécan ou l’UGT2B7 (morphine, naloxone)
  • Substrats de la P-gp: digoxine, le dabigatran etexilate, le topotécan, le sirolimus, l’évérolimus, le nilotinib et le lapatinib
  • Substrats de la protéine de résistance du cancer du sein (BCRP)