Afatinib

Afatinib


GIOTRIF ®

MODE D'ACTION

L'afatinib est un inhibiteur irréversible, puissant et sélectif des récepteurs de la famille ErbB. L’afatinib se lie de manière covalente à tous les homo- et hétérodimères formés par les membres de la famille ErbB, EGFR (ErbB1), HER2 (ErbB2), ErbB3 et ErbB4 et bloque de façon irréversible les signaux provenant de ces récepteurs.

Dans des modèles non cliniques avec dérégulation de la voie ErbB, l'afatinib en monothérapie bloque efficacement la voie de signalisation des récepteurs ErbB, entraînant une inhibition de la croissance tumorale ou une régression de la tumeur. Dans des études non cliniques et cliniques, les tumeurs du CBNPC avec les mutations activatrices fréquentes de l’EGFR (Del 19, L858R) et plusieurs autres mutations de l’EGFR moins fréquentes de l’exon 18 (G719X) et de l’exon 21 (L861Q) sont particulièrement sensibles au traitement par l'afatinib. Une activité non clinique et/ou clinique limitée a été observée dans les tumeurs du CBNPC avec des mutations de type insertion dans l’exon 20.

L’acquisition d’une mutation secondaire T790M est un mécanisme important de résistance acquise à l’afatinib et le dosage génique de l’allèle portant la T790M est corrélé au degré de résistance in vitro. La mutation T790M est retrouvée dans environ 50 % des tumeurs de patients au cours de la progression de la maladie sous afatinib, pour laquelle les ITK-EGFR ciblant la T790M peuvent être envisagés comme une option de traitement ultérieure. D’autres mécanismes possibles de résistance à l’afatinib ont été suggérés au niveau préclinique et l’amplification du gène MET a été observée en clinique.

POSOLOGIE

40 mg une fois par jour

CLASSE THERAPEUTIQUE

Inhibiteur de tyrosine kinase. voie de signalisation des récepteurs EGFR (HER1, HER2, HER3, HER4)

MODE DE PRISE

Voie orale une fois par jour à la même heure chaque jour, à jeun (au moins 1 heure avant ou 2 heures après un repas), tous les jours en continu

INDICATION

  • Cancer bronchique non à petites cellules localement avancé ou métastatique, qui présente une (des) mutation(s) activatrice(s) de l’EGFR (HER-1) chez les patients adultes naïfs de tout autre inhibiteur de tyrosine kinase (TKI) de l’EGFR.
  • Cancer bronchique non à petites cellules de type épidermoïde, localement avancé ou métastatique, progressant sous ou après chimiothérapie à base de platine

INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES

Inhibiteurs de la PgP susceptibles d’augmenter les concentrations : amiodarone, itraconazole, ketoconazole, posaconazole, voriconazole, nelfinavir, ritonavir, saquinavir, cyclosporine, erythromycine, tacrolimus, verapamil

Inducteurs de la PgP susceptibles de diminuer les concentrations : carbamazepine, phenobarbital, phenytoine, rifampicine, millepertuis