Carboplatine

Carboplatine


CARBOPLATINE ® 

MODE D'ACTION

Le carboplatine est un cytostatique dont les propriétés biochimiques sont similaires à celles du cisplatine.

Le carboplatine se fixe sur la molécule d'ADN en produisant des liaisons alkyles responsables de la formation de ponts entre les deux chaînes de la molécule ou entre les chaînes de deux molécules d'ADN adjacentes. La synthèse par réplication et la séparation ultérieure de l'ADN sont ainsi inhibées, de même que, secondairement, les synthèses de l'ARN et des protéines cellulaires.

Patients pédiatriques : La tolérance et l’efficacité n’ont pas été testées chez l’enfant

POSOLOGIE

  • Fonction rénale normale: maximum de 400 mg/m2 toutes les 3-4 semaines
  • Fonction rénale anormale: 
    • 41-60 ml/min. 250 mg/m2
    • 20-40 ml/min. 200 mg/m2
    • < 20 ml/min. données insuffisantes pour recommander une posologie
  • Formule de Calvert ou la formule d'Egorintient compte du débit de filtration glomérulaire (GFR en ml/min.) et de l'aire sous la courbe (AUC en mg/ml x min.): Dose (mg) = AUC x (GFR + 25)

CLASSE THERAPEUTIQUE

  • Agent alkylant, Cytotoxique

MODE DE PRISE

Perfusion intraveineuse de brève durée : 15 à 60 min

INDICATION

  • Carcinome de l’ovaire d’origine épithéliale
  • Carcinome bronchique à petites cellules
  • Carcinome épidermoïde de la tête et du cou

INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES

  • Addition des effets néphrotoxiques et ototoxiques, notamment en cas d’insuffisance rénale préalable : aminosides
  • Risque de maladie vaccinale généralisée avec les vaccins vivants atténués (déconseillés) dont le vaccin contre la fièvre jaune (contre-indiqué)
  • Diminution de l’absorption digestive de la phénytoïne par l’anticancéreux : risque de convulsions