Acétate de cyprotérone

Acétate de cyprotérone


ANDROCUR ®

MODE D'ACTION

L'acétate de cyprotérone est un progestatif de synthèse antiandrogène et antigonadotrope.

L'acétate de cyprotérone, dérivé de la 17 α-hydroxyprogestérone, possède avant tout une action antiandrogène. Cet effet spécifique antiandrogénique s'exerce par inhibition compétitive de la liaison de la 5 α-dihydrotestérone à son récepteur cytosolique dans les cellules cibles.

Chez l'homme, l'acétate de cyprotérone empêche l'action des androgènes secrétés par les testicules et les corticosurrénales sur les organes cibles androgéno-dépendants tels que la prostate.

Chez la femme, l'hyperpilosité pathologique que l'on rencontre dans l'hirsutisme est très réduite, de même que l'hyperfonctionnement des glandes sébacées.

L'action progestative s'exerce au niveau des récepteurs mammaires et endométriaux, en particulier par une importante transformation sécrétoire de l'endomètre. Il possède également une action antigonadotrope relativement puissante, puisqu'il suffit d'une dose de 1 mg par jour pendant 21 jours par cycle pour inhiber l'ovulation chez la femme.

L'acétate de cyprotérone ne possède pas d'action œstrogénique mais un effet antiœstrogène. Il n'a pas d'action nocive sur la fonction du cortex surrénalien.

POSOLOGIE

  • 200 à 300 mg, soit 2 à 3 comprimés par jour

CLASSE THERAPEUTIQUE

  • Anti-androgène, Hormonothérapie

MODE DE PRISE

  • Voie orale

INDICATION

  • Cancer de la prostate métastatique

INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES

Associations déconseillées

  • Millepertuis: Diminution de l’efficacité du progestatif, par augmentation de son métabolisme hépatique par le millepertuis.
  • Ulipristal:  dans l'indication contraception d'urgence; Antagonisme des effets de l’ulipristal en cas de prise d’ACETATE DE CYPROTERONE moins de 5 jours après la prise de la contraception d’urgence.
  • Pérampanel: Pour des doses de pérampanel ≥ à 12 mg/j, risque de diminution de l'efficacité de la cyprotérone.

Associations faisant l'objet de précautions d’emploi

  • Inducteurs enzymatiques (carbamazépine, fosphénytoïne, phénobarbital, phénytoïne, primidone, oxcarbazépine, rifabutine, rifampicine, névirapine, éfavirenz, dabrafénib et enzalutamide)
    • Risque de diminution de l’efficacité de la cyprotérone, par augmentation de son métabolisme hépatique par l’inducteur.
    • Surveillance clinique et adaptation éventuelle de la posologie du traitement hormonal pendant l’administration de l’anticonvulsivant inducteur et après son arrêt.
  • Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir
    • Risque de diminution de l’efficacité de la cyprotérone, par augmentation de son métabolisme hépatique par l’inducteur.
    • Surveillance clinique et adaptation éventuelle de la posologie de la cyprotérone pendant l’administration avec l’inhibiteur de protéase et après son arrêt.
  • Bosentan
    • Risque de diminution de l'efficacité du progestatif par augmentation de son métabolisme hépatique.
    • Surveillance clinique et si possible adaptation de la posologie de la cyprotérone pendant l’administration avec le bosentan et après son arrêt.