KEYNOTE 361 : Pas de bénéfice du combo chimio+immuno dans les cancers de vessie

Rédigé le 07/07/2021
Jean David FUMET

L’immunothérapie par anti-PD-1/PD-L1 a montré son efficacité dans les cancers urothéliaux.

En 1ere ligne métastatique l’ESMO recommande :  

  • Eligible au cisplatine : doublet de platine puis maintenance Avelumab (maintenance non approuvée par l’EMA)

  • Non Eligible au cisplatine : Carboplatine Gemcitabine puis maintenance Avelumab (non approuvée par l’EMA) ou si PD-L1 + : Atezolizumab ou pembrolizumab

 

La combinaison chimiothérapie + immunothérapie a montré des résultats intéressants dans les cancers bronchiques en 1ere ligne avec un intérêt quel que soit le statut PD-L1.

L’étude KEYNOTE 361 est une phase 3 qui a donc évalué une combinaison Platine – gemcitabine – pembrolizumab versus pembrolizumab seul versus chimio seule en 1ere ligne métastatique des cancers urothéliaux.

Au total : 1010 patients inclus

Chimio + pembrolizumab vs chimio seule :

  • pas de différence de PFS (8.3 mois vs 7.1 mois)

  • pas de différence en OS (17 mois vs 14.3 mois)

 

Pembro vs chimio :

  • sur la population globale : pas de différence en OS (15.6 mois vs 14.3 mois)

  • sur la population PD-L1 CPS >10 : pas de différence en OS (16.1 mois vs 15.2 mois)

 

Concernant la tolérance : aucun signal de toxicité nouveau ou inattendu, la combinaison a montré un profil de tolérance similaire à la chimiothérapie seule.

 

En pratique : A la différence du cancer bronchique, la combinaison chimio + immuno n’améliore pas la survie par rapport à la chimiothérapie seule.

D’autres stratégies sont en cours pour améliorer les résultats de l’immunothérapie dans ces cancers.

Actuellement disponible au CGFL : l’étude EV103 : enfortumab vedotin +/- pembrolizumab en 1ere ligne, pour les patients inéligibles au cisplatine