Utilisation des antirésorptifs osseux et incidence des ostéonécroses de la mandibule

Rédigé le 11/03/2021
Siavoshe AYATI

L’ostéonécrose de la mandibule (ONM) est une complication grave qui peut survenir sous antirésorptifs osseux. Ce traitement a un bénéfice important sur la survenue d’événements osseux (SRE) chez les patients présentant des métastases osseuses (fracture, prise en charge locale, compression médullaire, hypercalcémie…).

Cette étude mulicentrique, prospective, observationnelle a suivi 3491 patients porteurs d’une évolution métastatique osseuse de 2009 – 2013, traités par antirésorptifs osseux, avec un suivi de 3 ans.

Son objectif était d’évaluer l’incidence d’ONM et les facteurs prédictifs associés.

La population comprenait : 1806 femmes (51.7%) avec un age médian 63 ans, 1120 avaient un cancer du sein (32.1%) , 702 cancers de prostate, 580 myélome, 666 cancers du poumon et 423 autres cancers.

Un examen dentaire a été réalisé chez 64.8% des patients (2263 patients).

Résultats : 90 patients ont développé une ONM, soit une incidence cumulée de 0.8% à 1 an, 2% à 2 ans et 2.8% à 3 ans.

Sur les 3 ans cumulées, l’incidence était la plus élevée chez les patients atteints d’un myélome (4.3%) et la moins élevé dans le sous groupe cancer du sein (2.4%).



Les patients qui avaient des intervalles de prescription < à 5 semaines par rapport à > 5 semaines présentaient une incidence d’ONM plus élevé HR 4.65 (IC 1.46-14.81 p0.009) ;

Un taux plus élevé d’ostéonécrose était associé à un nombre de dents diminué (HR 0.51 ; IC 0.31-0.83 ; P=0.006),  la presence d’implants dentaires (HR, 1.83 ;IC 1.10-3.03; P =0 .02) et un tabagisme actif (HR, 2.12; 95% CI, 1.12-4.02; P = 0.02).

L’utilisation d’antiangiogénique au préalable n’est pas significativement associé à une ONM (HR 1.42 ; IC 0.78-2.59 ; p =0.25) mais l’utilisatation dans la 1ère année était associé à un risque accru d’ONM (4.9% vs 2.5%).

A noter que le denosumab a été validé par la FDA en 2011 et n’a concerné que 460 patients. C’est le traitement aujourd’hui prescrit en 1ère intention.

On retiendra que dans notre pratique qu'il faut bien sûr motiver nos patients à arrêter leur consomation tabagique, évaluer leur état bucco dentaire avant d'initier un traitement et prendre en compte l'utilisation d'antiangiogéniques.

Sources: Van Poznak CH, Unger JM, Darke AK, et al.. Association of Osteonecrosis of the Jaw With Zoledronic Acid Treatment for Bone Metastases in Patients With Cancer. JAMA Oncology. 2021;7(2):246–254. doi: 10.1001/jamaoncol.2020.6353.