La reconstruction mammaire immédiate (RMI) après chimiothérapie néoadjuvante n’a pas d’impact délétère

Rédigé le 23/02/2021
Jean David FUMET

Après chimiothérapie néo adjuvante, la mastectomie peut être complétée d’une reconstruction mammaire immédiate (RMI) ou différée. En cas de RMI, la conservation de l’étui cutanée et de la plaque aréolo-mammelonnaire nous questionne sur la présence d’un risque sur le pronostic oncologique

 

Dans une étude rétrospective publiée dans JAMA Surgery

 

1266 patientes traitée par chimiothérapie néo adjuvante puis mastectomie :

  • 323 avec une mastectomie avec RMI

  • 323 avec une mastectomie classique (+/- reconstruction à distance)

 

Les groupes étaient comparables

Les résultats ne montrent pas de différences en terme de

  • récidive locale 3.7% vs 3.4%; p= 0.83

  • récidive régionales 7.1% vs 5.3%; p= 0.33

  • récidive métastatique 17.3% vs 18.6%; p=0.68

  • DFS 76.5% vs 79.9%; p =0.60

  • survie globale 92.0% vs 89.3%  p=0.49

 

En pratique : ces résultats nous rassurent sur la faisabilité sans impact délétère d’une RMI après mastectomie avec conservation de l’étui cutané et de la plaque aréolo-mammelonnaire après chimiothérapie néo adjuvante

 

Wu ZY, Kim HJ, Lee JW, et al. Long-term Oncologic Outcomes of Immediate Breast Reconstruction vs Conventional Mastectomy Alone for Breast Cancer in the Setting of Neoadjuvant Chemotherapy. JAMA Surg. 2020;155(12):1142-1150. doi:10.1001/jamasurg.2020.4132