Cancer de l’œsophage métastatique : Le pembrolizumab s’impose en 2e ligne

Rédigé le 11/02/2021
Jean David FUMET

Le cancer de l’œsophage métastatique est un cancer de mauvais pronostic dont les options thérapeutiques sont malheureusement limitées

 

L’étude KEYNOTE-181 est une étude de phase III qui s’adressait à des patients avec un cancer de l’œsophage métastatique, en progression après une première ligne de chimiothérapie.

 

Les patients étaient randomisés entre une chimiothérapie (paclitaxel, docetaxel ou irinotecan) versus pembrolizumab  

 

Au total : 628 patients inclus dont une majorité de carcinome épidermoïdes

 

L’étude est positive sur en survie globale chez :

  • Patients avec un score CPS≥10 (35% des patients) : OS median 9.3 vs 6.7 mois, HR = 0.69, p=0.0074

  • Patients avec un carcinome épidermoïdes : OS median 8.2 vs 7.1, HR = 0.78, p= 0.0095

L’étude est négative sur la population globale en ITT

 

Le profil de tolérance est significativement meilleur avec le pembrolizumab (toxicité grade ≥3 liés au traitement : 18,2 % sous pembrolizumab vs 40,9 % sous chimiothérapie

 

En pratique : le bénéfice en survie globale positionne le pembrolizumab comme le traitement de choix en 2e ligne pour les cancers de l’œsophage métastatique de type épidermoïde et/ou CPS ≥ 10.

 

A noter, que l’étude KEYNOTE-590 a montré un bénéfice de la combinaison Sels de platine + 5FU + pembrolizumab en 1ere ligne pour les épidermoïdes. La stratégie de traitement de ces cancers devrait se modifier dans les mois à venir

 

Kojima T, Shah MA, Muro K, et al. Randomized Phase III KEYNOTE-181 Study of Pembrolizumab Versus Chemotherapy in Advanced Esophageal Cancer. J Clin Oncol. 2020;38(35):4138-4148. doi:10.1200/JCO.20.01888