Cancer de prostate BRCA muté : efficacité du Rucaparib

Rédigé le 08/02/2021
Jean David FUMET

Les mutations (somatique et/ou germinale) de BRCA concernent environ 12% des patients avec un cancer de la prostate

TRITON 2 est une phase 2 évaluant le rucaparib, un inhibiteur de PARP, chez des patients avec un cancer de la prostate métastatique en phase de résistance à la castration et porteurs d’une mutation BRCA.

L’analyse génomique a été réalisée par FoundationOne, sur 115 patients porteurs d’une mutation BRCA (13 BRCA- 1 et 102 BRCA-2).

Les résultats montrent :

  • Taux de réponse objective de 43.5%

  • Taux de réponse biologique 54.8%

  • Estimation de survie globale (non mature) : 73% à 1 an

Le profil de tolérance est satisfaisant

Ces résultats rejoignent ceux des autres PARP inhibiteurs et confirment ainsi leur effet dans les cancers de prostate.

Actuellement disponible au CGFL : l’étude GUIDETOREPAIR, une phase II multi-organe dans les tumeurs avec une mutation pathogène d’un gène de la recombinaison homologue, qui évalue l’association olaparib durvalumab et tremelimumab. Disponible dans les cancers de prostate métastatiques résistants à la castration ayant déjà bénéficié des nouvelles hormonothérapies

 

Abida, Wassim et al. “Rucaparib in Men With Metastatic Castration-Resistant Prostate Cancer Harboring a BRCA1 or BRCA2 Gene Alteration.” Journal of clinical oncology : official journal of the American Society of Clinical Oncology vol. 38,32 (2020): 3763-3772.