Pembrolizumab + chimiothérapie en première ligne métastatique dans les triples négatifs (mTNBC) : quelle chimiothérapie associer à l’immunothérapie ?

Rédigé le 14/12/2020
Sylvain LADOIRE

Des données additionnelles de l’étude de phase III de première ligne mTNBC KEYNOTE-355 ont été présentées cette année au SABCS. Pour rappel, cette étude a randomisé 847 patientes (2 :1) entre chimiothérapie seule ou associée au pembrolizumab. La chimiothérapie pouvait être du paclitaxel hebdomadaire, du nab-paclitaxel ou une association gemcitabine-carboplatine. Chez les patientes dont la tumeur harborait en IHC PD-L1 un score CPS >10, un bénéfice significatif en PFS (9.7 vs 5.6 mo) avait déjà été présenté.

Les résultats en fonction du protocole de chimiothérapie et de l’expression de PD-L1 ont été présentés : le bénéfice (PFS, DCR, DOR, ORR) du pembrolizumab est maintenu avec les 3 types de chimiothérapies utilisées dans l’essai, et contrairement aux études avec l’atezolizumab (programme IMpassion) dans ce contexte, il ne semble pas exister d’annulation du bénéfice de l’immunothérapie avec le paclitaxel. Le bénéfice de l’adjonction du pembrolizumab est plus important avec les taxanes qu’avec l’association gemcitabine carboplatine, et d’autant plus important que l’expression tumorale de PD-L1 est importante.

Les contradictions avec les résultats du programme IMpassion ne sont pas expliquées pour le moment. Il existe certainement également un impact de la pré-exposition (et du délai de celle-ci) à une chimiothérapie adjuvante ou non pour expliquer les choix de partenaire de chimiothérapie par les cliniciens, ainsi que les résultats cliniques obtenus. On reste également un peu sur notre faim de ne pas disposer des données d’OS pour cette étude, alors que c’était prévu normalement …