Remboursement Pembrolizumab chimiothérapie 1ère ligne CBNPC épidermoide quel que soit le PDL1

Rédigé le 11/09/2020
Siavoshe AYATI

Nouvelle stratégie thérapeutique en 1ère ligne chez les patients porteurs d'un CBNPC épidermoïde quel que soit le PDL1: association Pembrolizumab + Carboplatine + Taxol

EtudePaz-Ares L, Luft A, Vicente D, et al. for the KEYNOTE-407 Investigators. Pembrolizumab plus chemotherapy for squamous non-small-cell lung cancer. N Engl J Med. 2018;379:2040-2051

Schéma de l'étude

 



L’efficacité de pembrolizumab en association au carboplatine et au paclitaxel ou au nab-paclitaxel a été étudiée dans l’étude KEYNOTE-407, une étude randomisée, en double-aveugle, multicentrique, contrôlée par placebo. Les principaux critères d’éligibilité pour cette étude étaient un CBNPC métastatique épidermoïde, quel que soit le statut d’expression tumorale de PD-L1 et sans traitement systémique antérieur pour la maladie métastatique. Les patients atteints d’une maladie auto-immune ayant nécessité un traitement systémique dans les 2 ans précédents, ceux dont l’état clinique nécessitait un traitement immunosuppresseur ou ceux qui avaient reçu plus de 30 Gy d’irradiation thoracique au cours des 26 semaines précédentes étaient inéligibles. La randomisation était stratifiée selon l’expression tumorale de PD-L1 (TPS < 1 % [négatif] versus TPS ≥ 1 %), le choix de l’investigateur : placlitaxel ou nab-paclitaxel, et la région géographique (Asie de l’Est vs non Asie de l’Est). Les patients étaient randomisés (1:1) dans l’un des bras de traitement suivants, en perfusion intraveineuse :

Traitements

Groupe Pembrolizumab en association :

- Pembrolizumab 200 mg IV (J1) + doublet de chimiothérapie [carboplatine ASC 6 mg/mL/min (J1) + paclitaxel 200 mg/m2 (J1) ou nab-paclitaxel 100 mg/m2 (J1, J8, J15)] Q3W pendant 4 cycles (J1=J21)17

- puis Pembrolizumab 200 mg IV (J1) Q3W pendant un maximum de 35 cycles (J1=J21) ou jusqu’à la survenue d’un des critères d’arrêt du traitement*

Groupe Placebo en association :

- Placebo (J1) + doublet de chimiothérapie [carboplatine AUC 6 mg/mL/min (J1) + paclitaxel 200 mg/m2 (J1) ou nab-paclitaxel 100 mg/m2 (J1, J8, J15)] Q3W pendant 4 cycles (J1=J21)

- puis Placebo (J1) Q3W pendant un maximum de 35 cycles (J1=J21) ou jusqu’à la survenue d’un des critères d’arrêt du traitement*

* les critères d’arrêt du traitement étaient définis comme le premier évènement entre l’apparition d’un EI non acceptable, la progression documentée de la maladie, l’apparition d’une maladie sous-jacente empêchant l’administration du traitement, la décision de l’investigateur, une grossesse confirmée, la non observance du traitement ou des procédures de l’étude ou une décision administrative

Le traitement par pembrolizumab ou placebo était poursuivi jusqu’à progression de la maladie définie par RECIST 1.1 telle que déterminée en aveugle par une revue centralisée indépendante, toxicité inacceptable, ou durée maximale de 24 mois. L’administration de pembrolizumab était autorisée au-delà de la progression de la maladie définie par RECIST si le patient était cliniquement stable et si l’investigateur considérait qu’il y avait un bénéfice clinique.

Les patients dans le groupe placebo pouvaient bénéficier, au moment de la progression de la maladie, de pembrolizumab en monothérapie.

Une évaluation de la réponse tumorale était réalisée toutes les 6 semaines jusqu’à la semaine 18, toutes les 9 semaines jusqu’à la semaine 45 et toutes les 12 semaines ensuite.

Un total de 559 patients ont été randomisés. Les caractéristiques de la population de l’étude étaient : âge médian de 65 ans (29 à 88 ans) : 55 % âgés de 65 ans ou plus ; 81 % d’hommes, 77 % de type caucasien ; statut de performance ECOG de 0 (29 %) et 1 (71 %) ; et 8 % avec des métastases cérébrales traitées à l’inclusion. Trente-cinq pourcents avaient une expression tumorale de PD-L1 TPS < 1 % (négatif) ; 19 % étaient originaires d’Asie de l’Est ; et 60 % ont reçu du paclitaxel.

Les critères principaux d’évaluation de l’efficacité étaient l’OS et la PFS (telles qu’évaluées en aveugle par une revue centralisée indépendante utilisant RECIST 1.1). Les critères secondaires d’évaluation de l’efficacité étaient l’ORR et la durée de réponse, telles qu’évaluées en aveugle par une revue centralisée indépendante utilisant RECIST 1.1. Le tableau 16 résume les critères clés d’efficacité et les figures 10 et 11 montrent les courbes de Kaplan-Meier pour l’OS et la PFS, basées sur l’analyse finale avec un suivi médian de 14,3 mois.

Résultats






Population de l'étude